Les trois royaumes :

Arakan, Ava et Hanthawaddy (Pegou)

 

Durant les XIVe et XVe siècle coexistent trois royaumes.

 

A l’ouest 

le royaume d’Arakan (XVe – 1785)

 

Situé entre le royaume d’Ava et l’Inde, le petit royaume est situé à l’ouest de l’actuelle Birmanie,à l'emplacement de l’État Rakhine actuel.

« Les recherches sur l’histoire de l’Arakan doivent être considérées comme un champ pour les études pionnières , voire comme un voyage en terra incognita. Les sources critiques sont virtuellement inexistantes, des collections majeures d’inscriptions restent à publier et le patrimoine matériel de l’Arakan s’effondre dans la jungle. 1

L’histoire du royaume et des quarante-huit rois est à la fois très compliquée et très incomplète. Quelques faits émergent cependant.

 

Les dernières dynasties sont les dynasties de Launggyet (1237- 1404), et de Mrauk U (1404 - 1784). La ville de Mrauk U, au Nord-Est de la Birmanie actuelle, reste de nos jours un immense site archéologique.

 

Selon deux chroniques cinghalaises2, l’Arakan serait le point d’entrée du bouddhisme en Asie du Sud-Est. Elles rapportent que deux missionnaires, Sona et Uttara auraient été envoyés en Arakan par le troisième concile bouddhique sous le règne du souverain Asoka (273- 231 avant JC), soit près de 4 siècles avant les premières traces trouvées dans le delta du Mekong. Le positionnement géographique de l’Arakan plaide en faveur de cette thèse.

1 Les Rohingya de Birmanie, Arakanais, musulmans et apatrides ,Gabriel Defert, Ed. Aux lieux d'être 2007, citant Jacques Leider « These Budhist Kings with Muslim Names.. Etudes thématiques n°9 École française d’Extreme-Orient, Paris 1998.

2 Le Maavamsa et le Dipavamsa

 

Origine de la dynastie Mrauk U1

Le Roi Narameikhla (1404-1434) , aussi nommé Min Saw Mon, souverain du royaume de Mrauk U, revenu de 24 ans d’exil au Bengale2, reprend le contrôle du trône Arakanais (1430) avec l'aide militaire du Sultanat du Bengale. Les Bengalis qui étaient venus avec lui ont formé leurs propres établissements dans la région, Narameikhla ayant cédé un territoire au sultan du Bengale en reconnaissant sa souveraineté sur les zones concédées . L’Arakan restait subordonné au Bengale jusqu'à 1531. Les musulmans ont été employés dans l’administration royale, tandis que des pirates portugais exportaient en Arakan des esclaves. La population musulmane a donc cru en Arakan.

La conquête du royaume d’Arakan par la dynastie birmane Konbaung provoque sa disparition en 1785.

1 Prononcer Miaou

2 Le Bengale est la zone géographique de l’est du sous-continent indien recouvrant partiellement l’Inde et le Bangladesh. Cette zone n’a pas été figée au cours de l’histoire. Entité politique entre VIIIe et le Xe siècle elle vit son age d’or sous les rois bouddhistes Pala. La dynastie hindoue des Sena qui les remplacera verra le bouddhisme perdre de son influence tandis que l’Islam atteint le nord-est du sous-continent indien En 1199, le Bengale est conquis par Muhammad Ghûrî, conquérant musulman et dépend directement de Delhi.

 

Au centre :

le royaume birman d’Ava (1364 – 1527)

 

Après sa chute, Pagan est divisé en petits royaumes

Athinhkaya , Yazathingyan et Thihathu , trois frères Shan s’emparent du district de Kyauksé au début des années 1290 et forcent le roi de Pagan Kyawswa1 à abdiquer. Les trois frères gouvernent depuis Myinsaing, Mekkara et Pinlay.

 

1298 : Le royaume de Myinsaing 1298 (1297 ?) –1312 (1310 ?) va lui-même éclater et se diviser en deux royaumes : Sagaing (1315) et Pinya (1313)2

 

1347 : Fondation du petit royaume birman de Toungou.

 

1364 : Les deux royaumes Pinya et Sagaing sont détruits par les Shan qui créent le Royaume d’Ava près de Mandalay au centre du pays.

Ce royaume dont la premier roi était prince de Sagaing, Thadominbya va diriger la Birmanie centrale pendant 150 ans .

 

Les trois frêres Shan, officiers de Pagan, s’efforcent de reconquérir le pays des Môn mais se heurtent Shan du Nord établis au nord d’Ava. Ils fondent le royaume de Myinsaing (1297-1310)

Entre le royaume shan d’Ava et le royaume môn de Pégou, le petit royaume de Toungou sera le noyau fondateur de la reconstitution d’un futur royaume birman.

 

1 Qui était maintenu au pouvoir par les Mongols

2 En 1309, Thihathu, l’un des trois frêres Shan, refuse de continuer à partager le pouvoir avec ses frères et se proclame Roi de Birmanie. Son frère aîné décède et il tue son plus jeune frère en 1310. Il déplace la capitale à Pinya en 1313

 

En Basse Birmanie

Le royaume môn d’Hanthawaddy (dit de Pegou ou Pegu)

 

L’arrivée de Môn1 en Birmanie est très peu documentée. Leur langue dite môn-kmère, de la famille des langues austro-asiatiques laisse deviner leur origine de l’est de la Birmanie. Leur première terre d’accueil a été Kyaukse où ils se sont livrés à la culture par irrigation

1303 – 1369 : Le royaume mõn d’Hanthawaddy dont Pegou2 est la première capitale est fondé par les môns. Subdivisée en 32 province, Pegou regroupe en fait trois centres de pouvoir : le delta de l'Irrawaddy, Pégou et Martaban. Hanthawaddy sera de fait vassal du royaume de Sukhothai.

 

1 Les Môn sont aussi appelés Talaing par les Birmans, dénomination notamment utilisée par les Anglais (mais ce terme ne leur plait pas) . Ils représentent la plus ancienne ethnie encore présente en Birmanie

2 Comme beaucoup de cités, Pegou possède sa légende fondatrice qui compense le manque d’informations réelles sur sa création : « Sa fondation résulterait d’une prophétie de Bouddha dans laquelle la région de Pegou était encore recouverte par la mer. Après un voyage dans le pays de Suvannabhumi, Gautama (Bouddha) retourna en Inde par la voie des airs.. Survolant la mer il vit à la surface un banc de sable émergeant , qui avait la couleur et l’éclat de l’argent sur lequel étaient posées deux hamsas (oie sauvages) d’or.Le grand maitre prédit alors l’établissement futur d’une ville prospère en cet endroit » (Estelle Berliet). Mais la prédiction ne se serait réalisé que neuf siècles après la prédiction…La Hamsa, a qui est attribuée une valeur poëtique semblable au cygne en Occident est toujours le symbole de Pegou.

 

 

1385 – 1424 : La guerre de quarante ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ava et Pegou s’opposent durant quarante ans, sans qu’il y ait de vainqueur.

Le roi d'Ava Swasawke lance les hostilités. A la faveur d'une crise de succession dans le royaume môn, il pense pouvoir l'envahir sans coup férir. Mais Razadarit, roi de d' Hanthawaddy réussit à repousser les envahisseurs birmans. Les hostilités continuent jusqu'en 1391 où une trève est décidée. Elle dure jusqu'en 1404. Le conflit reprend alors pour une vingtaine d'années, épuisant les deux royaumes sans que l'on puisse donner de vainqueur.

 

 

1527 Destruction d’Ava par les Shan

 

Shwenankyawshin, le roi Narapati II (1501-1527) qui succéde à son père et son grand-père est le dernier roi Birman d’Ava.

Pendant son règne le royaume est sans cesse attaqué. Au Nord par Mohnyin de la confédération des États Shan et au sud par Prome1.

Pour trouver un allié, Narapati II donne la terre viticole de Kyaukse à son vassal Taungû qui ne l'aide pourtant pas.

En 1524 déjà Shwenankyawshin doit fuir. Son retour est bref car il est tué en mars 1527, aussitôt remplacé par le fils Thohanbwa du chef Shan Sawlon.

Par la suite , Thohanbwa, despote cruel2, tueur de bonzes et pilleur de stupas, réussit à être hai tant par les les Birmans, ce qui n’est pas étonnant, que par ses sujets Shan. Il finit assassiné par un coup d’épée au travers du corps, si violent qu’il aurait aussi coupé cinq bambous de l’estrade où il se trouvait.

 

1 Aujourd’hui Pyay, à 160 km au Nord de Rangoun

2 qualifié en 1925 de « sauvage assoiffé de sang » par l'historien britannique GE Harvey

 

1535 – 1590 L’empire birman de la dynastie Taungû : Le dernier empire indépendant

 

Suite à la destruction du Royaume d’Ava en 1527, la Birmanie est de nouveau réunifiée au sein du royaume de Taungû1 (ou Toungou) qui durera jusqu’en 1590.

 

 

La première dynastie Taungû est fondée par en 1486 par le roi Minkyinyo (1486-1530)

En 1510 Taungû devient indépendante du royaume d’Ava en pleine guerre de quarante ans contre Pegou.

 La destruction d’Ava en 1527 par les Shan provoquent l’émigration de nombreux Birmans vers Taungû qui devient un centre de première importance (et capitale en 1535). Minkyinyo durant son règne commence à soumettre les peuples Shan.

 

1531: Tabinshwehti, fils de Minkyinyo devient roi de Toungou (1531 – 1550). Il réunifie la Birmanie en s’emparant du delta de l'Irrawaddy en 1538, de Pégou en 1539 et de Martaban en 1541. Il domine aussi Luang Prabang (Laos) et Chieng Mai (Thailande). Seul l’Arakan ne rejoint pas l’unité refaite.

 

1555 : Restauration du royaume Birman

 

En 1544 Tabinshwehti se fait couronner roi de Birmanie à Pagan, succédant symboliquement à l’ancien royaume.

 

1547 : Tabinshwehti conquiert le nord du Siam, le royaume Môn. Il déplace la capitale à Pégou en raison de son importance commerciale.

 

Les dernières années, avant son assassinat en 1551 furent constituées d’échec, notamment contre le royaume d’Ayuthaya (Siam) mais aussi contre l’Arakan et Ava.

 

Le beau-frère de Tabinshwehti, Bayinnaung (1551-1581) lui succède pour trente ans. En 1551, les Môns se révoltent et divisent l’empire. Mais Bayinnaung, au prix d’un appauvrissement du pays reprend les conquêtes.

 

En 1555 il reconquiert Ava, restaurant le royaume Birman.

 

1599 : Taungu est prise à son frère ainé, Nandabayin, dernier de la dynastie qui finit captif puis assassiné par son vainqueur siamois Natshinaung en 1600. C’est la fin deuxième royaume.

 

La dynastie Taungu s’éteint en 1752 sans avoir de nouveau régné (sauf brièvement en 1613) sur l’ensemble du royaume.

 

1 Ville aussi appelée Kaytumadi

 

 

Comments powered by CComment