Les Esseniens

Les Esséniens forment un mouvement du judaïsme de la période du Second Temple qui a prospéré à partir du IIe siècle av. J.-C. et dont l'existence est attestée au Ier siècle en Palestine et dans la province romaine de Syrie.

Au Ier siècle, les esséniens sont mentionnés dans Apologia pro Judaeis (« Apologie en faveur des Juifs »)1 et Quod omnis probus liber sit (« Tout homme vertueux est libre »)2 de Philon d’Alexandrie (v.12 av. J.-C. – v.54), dans la Guerre des Juifs3 et les Antiquités judaïques4 de Flavius Josèphe (v.37 – v.100), ainsi que dans une courte notice figurant dans l'Histoire naturelle5 de Pline l’Ancien (23 – 79).

Flavius Josèphe les décrit comme des communautés d'ascètes, volontairement pauvres, pratiquant l'immersion quotidienne et l'abstinence des plaisirs du monde. Les Esséniens ont acquis une renommée dans les temps modernes à la suite de la découverte, à partir de 1947, d'un vaste groupe de documents religieux connus sous le nom de « manuscrits de la mer Morte », dont une centaine – « sur 870 » – pourraient être esséniens (non mentionné pourtant dans les manuscrits).

Les Esséniens consacraient leur vie à l'ascèse, volontairement pauvres, pratiquant l'immersion quotidienne et l'abstinence des plaisirs du monde, y compris – pour certains groupes – le célibat.

 

 

Comments powered by CComment