L'hospice est un hôtel entouré d'un jardin, très au calme au coeur de la vieille ville. Il a abrité de nombreuses célébrités (voir les photos affichées dans les couloirs des étages) dont l’empereur François-Joseph (en 1869) et son fils Rodolphe. La porte est fermée mais il faut sonner.

 


L'Autriche inaugure un consulat à Jerusalem en 1849. La construction d'un hospice pour pélerin est achevé en 1863.

« L’hospice, qui a un seul étage, est de style roman. Il s’élève au milieu d’un jardin (…) qui est entouré par un mur de 280 mètres de longueur.

Au sud, la Via dolorosa longe ce mur sur une assez grande étendue et passe devant la porte d’entrée de l’établissement, en face de la IIIe station. (…)

De la terrasse de l’hospice on jouit d’un superbe panorama sur la Jérusalem antique dont les maisons couronnées de petites coupoles offrent un coup d’œil agréable et original. (…)

Au premier étage se trouvent les chambres des pèlerins de première classe,une salle de bains installée à la moderne et un salon. (…)

L’hospice est dirigé par deux prêtres séculiers de l’empire austro-hongrois. A eux incombent le soin des pèlerins et l’entretien de l’hôtellerie. (…) Le soin matériel de l’hôtellerie est confié à cinq sœurs allemandes de la Congrégation de Saint-Charles Borromée (…).

Les pèlerins pauvres d’Autriche-Hongrie sont hébergés gratuitement pendant plusieurs jours. Les pèlerins qui en ont le moyen payent chaque jour de 5 à 7 francs de dédommagement "1

 

L'hospice dispose d'une terrasse avec une superbe vue et d'une cafétéria où l'on peut trouver des Apfelstrudel.

 

 

 

 

 

 

 

1Thèse univ Lyon, sur les traces des Pélèrinages de Pénitence

Comments powered by CComment