L'église (ou le dôme1) de l'Ascension à Jérusalem, autrefois appelée Imbomon - venant de l’araméen bâmâ (« hauteur ») - commémore le souvenir de la montée au ciel du Christ quarante jours après sa Résurrection.

C'est un édicule qui faisait partie d'un complexe plus vaste comprenant une église et un monastère chrétiens à l'époque des croisades et qui aujourd'hui est intégré à la « Mosquée de l'ascension », construite au sommet du Mont des Oliviers.

Selon la Tradition, elle contient la dernière empreinte du pied de Jésus sur terre avant son ascension vers les cieux. Elle fait partie des Lieux de station de la liturgie de Jérusalem. C'est ici que Jésus parlait à ses disciples.

Au VIIIe siècle, l'édifice est considéré comme le troisième lieu saint du christianisme après le Saint-Sépulcre et l'église de la Nativité à Bethléem.

Bien que toujours sous l'autorité du waqf de Jérusalem, cette mosquée est actuellement ouverte aux visiteurs de toutes les confessions. C'est la seule mosquée au monde où a lieu chaque année, la pratique de l'Eucharistie à l'occasion de la fête de l'Ascension.

Par contre ce n'est pas le seul lieu prétendant être celui de l'ascension. La bible mentionne Béthanie qui est située à deux kilomètres. Pour les orthodoxes, c'est 200 m plus loin, dans ce qui est l'église orthodoxe (et monastère) de l'ascension.

 

 

 

 

 

 

 

 

376 : La première église de l'Ascension est édifiée par une aristocrate chrétienne romaine, Pomenia ou Poemenia, probablement sous les auspices d'Hélène (mère de Constantin). Elle aurait été une parente de Théodose Ier.

VIIe siècle : Adomnan d'Iona relate qu'Arculfe la décrit en forme de rotonde à ciel ouvert, avec trois portiques cintrés, couverts en dessus, et un autel couvert d'un toit côté Est. Il fut impossible de paver le sol d'où le Christ s'était élevé - endroit qui resta entouré d'une paroi d'airain - ni de couvrir l'édifice d'un toit. Il semble que cette architecture inspira par la suite nombre de constructions orientales.

614 : Les Perses Sassanides sous la conduite de Khosro II prennent Jérusalem aux Byzantins. Comme la plupart des églises de Jérusalem (Basilique du Pater Noster etc.), la chapelle est détruite. Elle est restaurée en partie par le Patriarche Modeste de Jérusalem.

1152 : Sur ce qu'il en reste, les Croisés élevent un nouveau bâtiment octogonal, entouré d'un mur circulaire à l'intérieur duquel une ligne concentrique de colonnes supportant la coupole.

1198 : Jérusalem ayant été prise par Saladin en 1187, l'église est convertie en 1198 en la mosquée que l'on voit aujourd'hui, en y fermant la coupole et y adjoignant un minaret et un Mihrab.

Au-dessous du bâtiment est creusé un caveau où se trouve un sarcophage antique. Sur une paroi est gravée en Grec l'inscription: "Prends confiance, Dometila, personne n'est immortel".

1Ne pas confondre avec le dôme de l'ascension sur l'esplanade des mosquées, d'où Mahomet s'est envolé lui aussi...

Comments powered by CComment