Mahomet d'après une illustration ottomane datant du XVIIe siècle.

En avril 637, Omar ibn al-Khattâb, Calife, beau-père et deuxième successeur de Mahomet arrive devant Jérusalem pour recevoir la reddition de la ville.

À la fin du mois d'avril, Jérusalem se rend officiellement au calife Omar. Les Juifs, qui étaient revenus dans la ville lors de la domination perse puis, à nouveau expulsés par les Byzantins, sont autorisés à revenir vivre dans la ville.

Après être resté dix jours à Jérusalem, le calife retourne à Médine.

Lors de son séjour à Jérusalem, Omar est conduit par Sophrone dans différents lieux saints dont le mont dû Temple. Constatant l'état déplorable dans lequel le Temple se trouve, Omar ordonne de nettoyer la zone des débris présents avant de construire une mosquée en bois sur le site. La première mention de ce bâtiment est faite par le moine franc Arculfe qui visite Jérusalem entre 679 et 688.

"Dans le lieu fameux où fut magnifiquement construit le Temple, les Sarrasins ont élevé une maison de prière ; elle est quadrangulaire, couverte en bois, à l'aide de grandes poutres qui reposent sur quelques restes de ruines. Ils se réunissent dans cet édifice de structure misérable et qui peut contenir environ trois mille hommes. "

 

C'est beau...mais c'est faux

L'histoire est belle mais sans doute fausse, Omar (Umar ) n'ayant jamais mis les pieds à Jérusalem… comme le rappelle Vincent Lemire dans son histoire de Jérusalem1 qui rappelle aussi que le siège de Jérusalem n'a peut-être jamais eu lieu. La reddition de la ville serait advenue suite à une négociation avec les 'Agarène', les descendants d'Agar, mère d'Ismaël et ancêtre des Arabes :

" Les historiographes arabes qui entreprirent aux IXe siècle de fixer, à partir du matériau transmis oralement par la tradition, le fil des événements de la conquête, avancent trois dates possibles (636,637 ou 638) pour la prise de Jérusalem, et un nombre plus grand de récits divergents entre lesquels ils se refusent à trancher, conformément à leur méthode. C'est sur la foi d'une chronique byzantine, celle de Théophane le Confesseur (mort en 817), pourtant lui-même dépendant de l'information des auteurs arabes, que les historiens modernes ont pris l'habitude de fixer en 638 la reddition de Jérusalem, au terme d'un siège de deux ans et en présence du Calife Umar lui-même… le calife Umar est ainsi progressivement devenu dans la tradition musulmane le conquérant de Jérusalem.

Or, le réexamen critique des sources a récemment montré qu'aucun texte contemporain ne mentionne le nom d'Umar en lien avec la conquête arabe de Jérusalem; qu'Umar ne s'est jamais rendu à Aelia/Iliya mais à Ayla/Eilat sur le golfe d'Aqaba ; que le récit de sa rencontre avec sophronios, le patriarche de Jérusalem...ne fait que démarquer la tradition présente chez les auteurs arabes, de son entrevue avec l'évêque d'Eïlat."

1p. 155

Succession de Mahomet

Ce sont des compagnons 'bien guidés' du prophète. La dénomination fixée plus tard par la dynastie Abasside, vient du hadith où Mahomet dit : Tenez fermement à mon exemple (Sunna) et celui des califes bien guidés.

Les commentateurs distinguent ensuite la bonne de la mauvaise sunna et l'innovation conforme à la bonne sunna ou non...

Hadith 28 : Je vous recommande d'adorer Allah, d’écouter votre Émir et d’obéir s'il est un esclave. Celui d’entre vous qui vivra, verra de grands différents. Il vous faut donc suivre ma tradition et celle des successeurs bien droits et bien guidés [par Allah].

Accrochez-vous à cette tradition de toutes vos forces. Méfiez-vous des nouveautés [Muhdâthat], car toute innovation est un égarement.

Arculfe était un évêque franc de la deuxième partie du VIIe siècle, peut-être l’évêque de Périgueux, mais on pense plutôt qu'il était rattaché à un monastère. Vers l’an 670, il accomplit un pèlerinage en Terre sainte et passa neuf mois à Jérusalem. À son retour, il fit naufrage sur les côtes écossaises où il fut recueilli par l'abbé Adomnan d'Iona a qui il fit le récit de son voyage. Le moine en tira trois volumes décrivant précisément Jérusalem, Bethléem, les villes principales de Palestine ainsi que Constantinople.

 

Voir aussi :

- Le pacte d'Omar

 

 

 

 

Comments powered by CComment