L'émir Fayçal, chef de la révolte arabe contre les Turcs, agissant au nom du royaume arabe de Hedjaz et Haïm Weizmann, représentant de l'organisation sioniste mondiale reconnaissent les futurs État arabe et la Palestine (qui désigne alors l'État juif), souhaitent...

" garantir pleinement l’exécution pratique de la déclaration Balfour.

Toutes les mesures nécessaires seront prises pour encourager et stimuler l’immigration des Juifs en Palestine sur une large échelle et pour établir dans le plus bref délai les immigrants juifs sur le territoire, grâce à une meilleure mise en valeur du sol et à une culture intensive. Il est convenu que dans l’exécution de ces mesures, la protection des droits des paysans et des fermiers arabes sera assurée et que ces derniers seront aidés à l’avenir en ce qui concerne le développement économique (art 4)

Dans une lettre signée de sa main, Fayçal écrit :

le mouvement juif est national et non impérialiste, et notre mouvement également. Il y a en Palestine assez de place pour les deux peuples. 1

Pour James Barr, la main de Fayçal est totalement téléguidée par les Anglais lorsqu'il écrit ces mots.2

1 cité in Les échecs de la communauté internationale au Moyen-Orient (des Accords Sykes-Picot à nos jours) 1916-2016 Freddy Eytan

2James Barr – Une ligne dans le sable

 ***

Voir aussi

  - les articles de l'accord

- le compte rendu par Weizmann de sa rencontre avec Fayçal (Anglais)

 - le memorandum Fayçal à la conférence de la paix des puissances alliées en 1921

Comments powered by CComment