Attentat très meurtrier perpétré par l'Irgoun contre l'hôtel King David qui abrite les locaux du commandement militaire britannique, le secrétariat du gouvernement de Palestine et une branche de la division d'investigation criminelle qui détient des documents sur les groupes armés sionistes dont l'Irgoun.

Sept agents de l'Irgoun sont entrés dans l'hôtel. Ils sont déguisés en serveurs arabes, transportant six grands bidons de lait chargés de 350 kilos d'explosifs et un dispositif d'auto-détonation. Ils déposent les bidons au sous-sol, dans la cuisine du café de l'hôtel et s'enfuient.

91 personnes sont tuées par l'explosion des charges (28 britanniques, 41 arabes, 17 juifs, 2 arméniens, 1 Russe, 1 Grec et 1 Égyptien). Une aile de l'hôtel est pulvérisée. L'Irgoun aurait prévenu par téléphone, mais sans effet, pour que l'hôtel soit évacué.

L'attentat conforte le gouvernement britannique dans sa politique pro-arabe mais accélère le retrait des Anglais de Palestine.

La plaque qui rappelle l'attentat, devant l’hôtel a été libellée ainsi :

Le 22 juillet 1946, les combattants de l'Irgoun , sous les ordres du mouvement de résistance juif, ont inséré des explosifs dans les fondations. Des appels téléphoniques d'avertissement ont été passés, à l'hôtel, au 'Palestine Post' et au consulat français, pressant les occupants de l'hôtel de le quitter immédiatement. Pour des raisons connues uniquement des Britanniques, l'hôtel n'a pas été évacué et 25 minutes plus tard, les bombes explosaient. L'aile ouest a été totalement détruite et au grand regret de l'Irgoun, 92 personnes ont été tuées.

Lorsque cette plaque a été dévoilée en 2006, Simon MacDonald, l'ambassadeur britannique en Israël écrit alors au maire de Jérusalem pour protester contre l'installation d'une telle plaque "Nous ne pensons pas qu'il est normal pour un acte de terrorisme d'être commémoré" écrivent-ils, ajoutant qu'il n'y a aucune preuve crédible qu'un avertissement ait atteint les autorités britanniques. La plaque a donc été amendée, en ôtant le texte initial qui laissait à penser que les britanniques étaient un peu responsables de l'attentat.

L'hôtel King David après l'attentat de l'Irgoun qui a fait 90 morts

Mais le fait que la plaque ne soit pas uniquement un hommage au victimes, et considère l'attentat comme un acte de résistance continue de susciter la polémique, assez symétrique de celles qui accompagnent les célébrations que peuvent faire les Palestiniens suite à des attentats commis en Israël contre des civils. L'attentat, même s'il visait le commandement militaire, a tué pour deux tiers des non-britanniques..

Comments powered by CComment