Tout ce qui touche la mosquée Al-Aqsa étant particulièrement sensible, l'incendie provoqué par le chrétien fondamentaliste australien Michael Denis Rohan, provoque une grande émotion dans le monde arabe.

25 États musulmans se réunissent pour un sommet spécial à Rabat, au Maroc, et condamnent le sacrilège « perpétré sous occupation israélienne ». Le Conseil de défense arabe tient une réunion extraordinaire pour organiser « la mobilisation des ressources arabes contre l’agression israélienne ».

En Arabie Saoudite, le roi Fayçal prépare ses troupes à une guerre sainte visant à libérer Jérusalem. En Inde, des émeutes musulmanes font quelque 5 000 morts selon la presse. Au Pakistan et à Manille, des grèves générales ont lieu et des hordes de jeunes musulmans brûlent le drapeau israélien devant l’ambassade. L’Irak annonce l’exécution de 15 « espions » israéliens et américains. En Indonésie, un ancien Premier ministre affirme devant la presse qu’Israël prévoit depuis longtemps de se débarrasser de la mosquée pour construire un temple juif à sa place.

Toutefois, les conséquences les plus graves touchent les portes même du pays. La fureur bouillonne à Jérusalem-Est et dans les territoires conquis à la guerre des Six Jours, qui menacent de déverser leur rage. On promet désordre et actes terroristes si la certitude qu’il s’agit d’un incendie sioniste n’est pas rapidement réfutée.

A Jérusalem-Est, les Arabes qui avaient accepté de se présenter aux élections municipales se sont tous désistés, instaurant un modèle de non-participation qui laissera le conseil municipal sans représentants arabes pour bon nombre de décennies.1


Incendie de la mosquée Al-Aqsa en 1969 est le fait d'un chrétien fondamentaliste australien

L'incendie a en outre détruit le Minbar (chaire ou estrade), composé de 16 000 pièces imbriqués tenant sans colle ni clous, qu'avait fait construire en 1160 Nur-Al din pour la mosquée d'Alep. Le Minbar avait été transféré à Al-Aqsa en 1187 par Saladin. Sa reconstruction fut difficile, peu de représentations existant. De plus la technique de réalisation a été perdue. Finalement après quatre ans de travail, vingt artisans ont pu représenter et assembler les 16 000 pièces nécessaires à la reconstruction du chef d’œuvre (6 x 4,5 m) sous l'autorité de Minwer El-Meheid, concepteur-dessinateur et lauréat d'un concours lancé par le roi Hussein de Jordanie en 1994 à cet effet.

Le procès de l'incendiaire dure sept semaines, ravissant un accusé manifestement déséquilibré, qui sera interné en Israël, puis en Australie où il décèdera en 1995.

Mon procès est l’événement le plus important du monde depuis celui de Jésus-Christ. Je n’ai pas peur de ce procès.. Je sais que je ne serai pas jugé coupable...Je suis au-dessus des tribunaux terrestres.

1 L'incendiaire de la Mosquée d'Al-Aqsa, Jerusalem Post, 22 octobre 2014, Abraham Rabinovich

Comments powered by CComment