L'un des gardes du corps du phalangiste chrétien libanais Pierre Gemayel est assassiné.

Dans la matinée du dimanche 13 avril, a lieu au quartier de Aïn el-Remmaneh, la consécration de la nouvelle église Notre-Dame de la Délivrance, en présence de Pierre Gemayel, leader des Kataëb, de responsables du parti et d’une foule de fidèles. Quatre hommes armés à bord d'une voiture, franchissent de force le barrage que la gendarmerie a installé à l’entrée de la rue pour protéger la cérémonie: “Nous sommes des combattants palestiniens”, crient-ils et tirent sur la foule faisant quatre tués, dont un responsable Kataëb et sept blessés.

En début d’après-midi, un autobus transportant des fedayin armés revenant d’une parade militaire à Sabra choisit, délibérément, de passer par Aïn el-Remmaneh pour regagner Tal-Zaatar. Il est, aussitôt, pris sous le feu des miliciens que l’attentat de la matinée avait mis en état d’alerte. Vingt-sept palestiniens sont tués. Peu après, les premiers obus s’abattent sur Aïn el-Remmaneh.

À partir de cette date le Liban s'enfonce dans la guerre civile qui dure 10 ans et fait entre 130 000 et 250 000 morts, provoque des dégâts matériels considérables, l’exode interne et l’expatriation de milliers de citoyens et ébranle les structures politiques, sociales et économiques du pays.

***

 

Comments powered by CComment