' Cela fait suite à la visite à Jérusalem d'Anouar al-Sadate en novembre 1977 et de l'assassinat de Youssef al-Siba'i, ministre de la culture égyptien, à Chypre en février 1978 dont l'OLP est rendu responsable.

Un décret intitulé ‘Développement des ressources de l’État, qui spécifie les conditions d'accès aux emplois publics pour les Égyptiens et les étrangers et donc pour les Palestiniens est promulgué en 1984.

En 1985, est abrogée la loi 51 de 1963 qui permettait aux Palestiniens de posséder des terres agricoles, ce qui les contraint à céder leurs terres à bas prix (Dajani, 1986).

Les retombées directes de ces mesures sont lourdes, même si les contournements sont toujours possibles:

- interdiction de travailler dans le secteur public. Les seuls Palestiniens autorisés sont ceux employés dans l'administration de Gaza ;

- exigence d’une carte de travail pour pouvoir travailler dans le secteur privé, ce qui implique des interdictions de travail sectorielles ou des refus d'attribution pour des raisons politiques ;

- interdiction d'accéder à l'école publique sauf dans les villages qui ne possèdent pas d'autres types d'établissement ; dans ce cas, un droit de scolarité payable en devises est exigé ;

- interdiction de faire de l'import-export ou de fonder une société dont le capital est à plus de 50 % étranger ;

- interdiction de s’inscrire dans des clubs sportifs sauf par dérogation du Ministère de l'Intérieur et contre paiement d’un droit annuel important ;

- difficultés d’obtention du permis de séjour pour certaines catégories. La durée du permis de séjour en Égypte est fonction de la date d'immigration des Palestiniens : 10 ans pour les réfugiés de 1948, 3 ans pour ceux de 1956, un an pour ceux de 1967, 10 mois pour les réfugiés du camp du Canada ;

- obligation de détention d’un certificat de scolarité émanant d’une université ou d’un institut d’études supérieures égyptien ou bien d’une carte de travail pour les enfants des réfugiés ayant atteint leur majorité (18 ans) afin qu’ils puissent rester en Égypte;

- interdiction d'ouvrir un cabinet médical privé, même si l'on est inscrit au syndicat des médecins.' 1

1 Vivre dans le camp, vivre ailleurs : Les Palestiniens réfugiés en Égypte et dans les Territoires palestiniens Publié en janvier 2006 dans : GEOGRAPHIES. Bulletin de l'Association des Géographes Français. Association de Géographes Français. Sari HANAFI

 

***

 

 

Comments powered by CComment