Marcel Fontaine et Marcel Carton, tous deux diplomates, avaient été enlevés le 22 mars 1985 à Beyrouth, Jean Paul Kauffmann, journaliste, deux mois plus tard alors à son arrivée dans la même ville où il venait faire un reportage. Il était, au moment de son enlèvement sur la route de l'aéroport en compagnie du chercheur Michel Seurat, enlevé avec lui et qui devait mourir en captivité en mars 1986. Tous ces enlèvements étaient revendiqués par l'organisation intégriste libanaise du Djihad islamique qui exigeait la fin de l'aide française à l'Irak alors en guerre contre l'Iran.

D'autres enlèvements devaient suivre en 1986 : en mars, c'était le tour d'une équipe d'Antenne 2 qui venait de filmer une manifestation du Hezbollah. Philippe Rochot, Georges Hansen, Aurel Cornéa et Jean-Louis Normandin. Les deux premiers étaient libérés en juin, Aurel Cornéa en décembre de la même année et Jean Louis Normandin le 27 novembre de l'année suivante, en même temps qu'un autre journaliste, Roger Auque, enlevé en janvier 1987. Entre-temps deux autres Français avaient été enlevés et libérés à Beyrouth : Camille Sontag et Marcel Coudari.

Après la libération de Jean-Paul Kauffmann, Marcel Carton et Marcel Fontaine, restaient encore aux mains de divers groupes terroristes les passagers d'un bateau de plaisance, le Silco, dont la Française Jacqueline Valente et ses filles, et quinze otages étrangers dont huit Américains.1

 


Les otages français au Liban

- Marcel Fontaine, Marcel Carton, Gilles Sydney Peyrolles, et Michel Seurat enlevés le 22 mars 1985 par le Hezbollah et libérés après plus de 3 ans de captivité le 4 mai 1988 sauf Michel Seurat qui meurt en détention.

 

- Jean-Paul Kaufmann est enlevé le 22 mai 1985 et libéré en même temps que Carton et Fontaine le 4 mai 1988 après 3 ans de captivité.

 

- Jean-Louis Normandin est enlevé le 8 mars 1986. Il sera libéré en même temps que Roger Auque le 27 novembre 1987 après 20 mois de captivité

 

- Philippe Rochot, Georges Hansen, Aurel Cornéa et enlevés le 8 mars 1986 par l'OJR, organisation de la justice révolutionnaire. Ils sont libérés, sauf Jean-Louis Normandin après 105 jours de détention le 25 juin 1986.

 

- Camille Sontag enlevé le 7 mai 1986 et Marcel Coudari enlevé en Février, libérés le 11 novembre 1986.

 

- Roger Auque, enlevé en janvier 1987 est libéré le 27 novembre 1987.

 

- Jacqueline Valente, plaisancière, enlevée avec des amis belges le 8 novembre 1987 sur un voilier, le Silco, au large de Saïda par le Fatah-Conseil révolutionnaire d'Abou Nidal. Elle est libérée le 10 avril 1990 (27 mois).

Comments powered by CComment