l’accord intérimaire sur la Cisjordanie et Gaza dit Oslo II est signé à Taaba le 24 septembre 1995 par Shimon Pérès, alors Premier ministre et Yasser Arafat. La signature est renouvelée à Washington quatre jours plus tard. Ytzhak Rabin lors de la signature dit :

' Laissez-moi vous dire, palestiniens, nous sommes destinés à vivre ensemble sur le même sol, la même terre. Nous les soldats revenus des combats, entachés de sang...Nous qui nous sommes battus contre vous palestiniens, nous vous disons d’une voix forte et claire : assez de sang, assez de larmes, assez !'

Puis il cite l’Ecclésiaste :

' Il y a une saison pour toute chose et un temps pour tout sous nos cieux

Un temps pour naître et un temps pour mourir, un temps pour tuer et un temps pour soigner, un temps pour pleurer et un temps pour rire, un temps pour aimer et temps haïr, un temps pour la guerre et un temps pour la paix.'1

 


Ytzhak Rabin (1922 – 1995)

 

Tandis que Yasser Arafat dit :

' Notre Peuple ne considère pas l’exercice de son droit à l’auto-détermination puisse violer les droits de ses voisins ou menacer leur sécurité. Au contraire, mettre fin à son sentiment d’avoir été maltraité et d’avoir subi une injustice historique constitue le meilleur moyen pour réaliser la coexistence entre nos deux peuples.'2

- l’accord prévoit les conditions de création du Conseil législatif palestinien sous l’autorité d’un président du Conseil, qui voit le jour en janvier 1996

- Il divise aussi la Cisjordanie en trois zones A, B et C

La zone A (18 %), sous contrôle civil et militaire palestinien, comprennent les grandes villes palestiniennes : Jénine, Tulkarem, Naplouse, Qalqilya, Ramallah, Bethléem et Jéricho

La zone B (23-25 %), sous régime mixte avec un contrôle civil palestinien et un contrôle militaire conjoint, comprennent les villages palestiniens et diverses portions du territoire cisjordanien

La zone C (72-74%), entièrement sous contrôle israélien (colonies, installations militaires, vallée du Jourdain, terres domaniales) et qui, à l’exception des colonies — dont le sort dépendra des négociations finales, doit donner lieu à des retraits successifs dans les dix huit mois à compter de la prise de fonction du Conseil

Depuis le début de l’année 1997, le Protocole d’Hébron divise la ville de Hébron en deux zones : H1, sous contrôle palestinien recouvre l’essentiel de la ville, et H2 représente la bordure orientale de la cité (où vivent environ 30 000 palestiniens) qui comprend une communauté de 600 à 800 colons israéliens près du centre-ville.

- l’accord prévoit aussi une modification de la Charte de l’OLP, notamment les articles appelant à la destruction d’Israël :

L’OLP s’engage à ce que, dans les deux mois suivant l’entrée en fonction du Conseil, le Conseil National palestinien se réunisse et approuve formellement les changements nécessaires relatifs à la Charte palestinienne, comme promis dans les lettres signées par le Président de l’OLP et adressées au Premier ministre israélien, en date du 9 septembre 1993 et du 4 mai 1994.'3

 


 

1 Ecclésiaste (3. 1-15).

2 Palestine, une terre, deux peuples, Dominique Perrin p.300

3 Malgré les apparences, cette promesse n’a jamais été tenue. Cf 24 avril 1996.

 

***

 

Comments powered by CComment