Salah Shehadeh est l'un des chefs des brigades Izz al-Din al-Qassam du Hamas. Ces brigades sont responsables d'un nombre important d'attentats et ainsi que des tires de roquettes, sur les villes israéliennes.

Depuis leur premier attentat suicide en 1993, les Brigades auraient tué plus de 500 personnes dans plus de 350 attentats distincts.

Les brigades entreprennent une activité militaire pour le compte du Hamas et cherchent à établir un État islamiste palestinien comprenant Gaza, la Cisjordanie et Israël, détruisant ainsi Israël en tant qu'entité politique. Les brigades ont adopté des tactiques terroristes pour vaincre Israël, notamment des attaques aveugles à la roquette, des attentats-suicides et des enlèvements. En conséquence, les activités terroristes organisées associées au Hamas peuvent être attribuées de manière fiable aux brigades et les activités terroristes d'acteurs isolés sont régulièrement louées par les brigades. 1

L'Union européenne, les États-Unis Israël, l'Australie, le Japon mais aussi l’Égypte l'ont inscrit sur leur liste d'organisation terroriste.

Sala Shehadeh a pris la tête de l'organisation terroriste suite à l'assassinat de « l'ingénieur » Yehia Ayash, assassiné par les Israéliens en 1996.

Le 22 juillet, alors qu'il est dans sa maison du quartier Al-Darj de Gaza, avec ses proches, un avion F-16 israélien largue une bombe d'une tonne sur son domicile. 14 personnes sont tués, dont sa femme et ses neuf enfants, et 150 sont blessés. La déflagration atteint la maison visée mais aussi les maisons voisines. Selon Amnesty international, huit maisons ont été totalement rasées et hui autres sont touchées.

Abdel Aziz al-Rantissi lui succède à la tête de l'organisation terroriste. Lui aussi sera assassiné, le 17 avril 2004, par les Israéliens.

Les condamnations dans le monde sont unanimes. L’action est qualifiée de crime de guerre. Coté israélien, le gouvernement reconnaît une erreur, sans désavouer l'action. Il dit avoir agit alors que les renseignements qu'il détenait lui permettait d’être sûr que Shehadeh était seul avec sa femme dans la maison et le voisinage absent.

Une enquête interne à l'armée accepte ces conclusions et clôt le dossier.

Dan Halutz, chef de l'armée de l'air, déclare au journal Haaretz2  :

qu'il était satisfait de l'opération visant à larguer une bombe d'une tonne sur un quartier encombré de Gaza pour tuer le dirigeant militaire du Hamas, Salah Shehadeh, était "approprié, militairement et moralement".

Il a déclaré qu'il était légitime de frapper un terroriste même si des passants innocents seraient blessés. "Je n'en doute pas", a-t-il déclaré. "Contre un homme qui a commis ou qui est notoirement connu pour être le planificateur d'une "méga-terreur", ma réponse est catégoriquement oui.

Combien de personnes ? Je ne sais pas."
En ce qui concerne la méthode choisie pour tuer Shehadeh, "pour qu'une bombe d’une demi-tonne produise l’effet souhaité, il nous en aurait fallu deux, à cause du risque de ne pas toucher la cible du tout.

La décision opérationnelle était donc correcte. Quant à la modification des informations des services de renseignement, ceux qui attendent dans tous les cas une certitude absolue ne bougeront jamais.

La tentative de retrouver les responsables présumés est honteuse. Je ne connais aucune force armée qui soit d'un niveau moral équivalent à celui de Tsahal ".

Le processus de prise de décision était correct, équilibré et prudent. Le problème était lié aux informations, les informations ont changé. Je rejette toutes les critiques concernant cette opération, avant, pendant et après.'

L’assassinat a aussi des répercussions juridiques hors d’Israël, notamment en Espagne où la justice se saisit de ce crime de guerre avant que le Sénat espagnol, peut-être sous pression des États-Unis, vote une loi enlevant au juge espagnol la compétence universelle qui lui permettait de mettre en cause des dirigeants israéliens.3

En 2011, soit neuf ans après les faits, la commission d'enquête revient sur les faits, le processus de décision et les dommages causés aux civils. La constitution de la commission, composée en 2008, a été demandée par la haute cour de justice.

La commission ne s'oppose pas à l'action elle-même mais constate que des erreurs d'appréciation et d'information ont permis le carnage du 22 juillet 2002. Le principe d'assassinat ciblé n'est donc pas remis en cause mais il doit être sécurisé pour éviter la mort de civils proches de la cible.

 



 

Extraits du rapport de la commission

 

À la suite de l'opération, une requête a été déposée auprès de la Cour suprême israélienne, en sa qualité de Haute Cour de justice (HCJ 8794/03), demandant à la Cour d'ordonner à l'avocat général de l'armée et au procureur général d'ouvrir une enquête pénale contre le commandant de l'armée de l'air, le chef d'état-major, le ministre de la Défense et le premier ministre israélien, afin de déterminer si des infractions pénales avaient été commises lors de la planification et de la mise en œuvre de l'opération.

4. L'enquête de la Commission s'est concentrée sur la légalité du processus décisionnel concernant la planification et la mise en œuvre de l'opération d'assassinat ciblé contre Shehadeh et sur la conséquence collatérale difficile et regrettable du préjudice causé à des civils non impliqués. Toutes ces questions ont été examinées à la lumière de critères juridiques, normatifs, moraux et éthiques, conformément au droit israélien et international, et aux valeurs et normes de l'État d'Israël et de ses forces de sécurité.

 

La Commission a également examiné si les acteurs mentionnés ci-dessus accordaient suffisamment de poids à ces considérations dans le choix de la cible et des moyens de mener l'attaque, et si le juste équilibre entre le risque pour les civils non impliqués en tant que conséquence collatérale d'une le meurtre (même si la cible était légitime) et le bénéfice militaire à tirer de l'opération. C'est une enquête normative sur les décisions prises.

5. ... La Commission a également invité les représentants des victimes, qui ont refusé de comparaître devant elle. ...

 

6. L’assassinat ciblé de Shehadeh était impératif en raison de l’augmentation et de l’escalade des attaques terroristes depuis 2000, d’une manière qui a conduit à une situation de guerre réelle, qualifiée de "conflit armé".

...

Shehadeh était la force motrice du Hamas, de son idéologie et de ses opérations, et était directement impliqué dans la planification et l'exécution d'attaques terroristes meurtrières. Cette situation nécessitait des mesures efficaces, immédiates et précises pour éliminer ou du moins minimiser les attaques. L'un des moyens choisis à cette fin était l'assassinat ciblé des principaux planificateurs et auteurs d'attaques terroristes.

 

7. ... les assassinats ciblés ont été choisis comme une mesure qui garantirait l'élimination de Shehadeh, dans l'espoir que cela ne causerait pas de préjudice disproportionné aux civils non impliqués.

 

8. Le cadre normatif applicable aux homicides ciblés et les instructions relatives à leur mise en œuvre ont été examinés, analysés et formulés dans la "décision de la Cour suprême sur les assassinats ciblés" du 14 décembre 2006 (HCJ 769/02). Ces principes sont depuis devenus des principes fondamentaux auxquels l’État d’Israël et ses forces de sécurité doivent se conformer dans leurs activités militaires contre le terrorisme, et plus particulièrement dans le cadre d’une opération d’assassinat ciblé en situation de conflit armé. L'enquête de la Commission a été menée sur la base de ces principes.

 

9. La Commission conclut que l'activité terroriste de Shehadeh l'a qualifié de "civil participant directement aux hostilités à cette époque". La menace qu'il faisait peser sur la population israélienne, sur la vie de ses citoyens et sur celle des territoires sous son contrôle était certaine, immédiate et significative. La classification de Shehadeh en tant que cible, effectuée par l'Agence de sécurité israélienne (ci-après: "ISA") et placée sous sa responsabilité, était professionnelle, fondée sur des informations concrètes et conforme aux principes du droit israélien et international. Par conséquent, l'attaque contre Shehadeh, qui visait à mettre fin à ses activités meurtrières, était un "homicide ciblé légitime" .

 

10. La Commission a conclu que les conséquences collatérales difficiles de l'attaque contre Shehadeh, au cours de laquelle des civils non impliqués, principalement des femmes et des enfants, avaient été tués et de nombreux autres blessés se sont clairement révélées rétrospectivement, comme étant disproportionnées dans les circonstances de l'incident en question.

Tel était l’avis de la Commission et c’était aussi l’évaluation rétrospective de la grande majorité des hauts fonctionnaires impliqués dans la planification et la mise en œuvre de l’opération, qui ont déclaré que s’ils avaient prévu en temps réel l’étendue et la gravité de la dommages collatéraux qui en ont résulté, l’opération n’aurait pas été réalisée...

 

Malgré tout, un fossé s'est créé entre ce qui était attendu et ce qui s'est réellement passé. La principale raison de cet écart était des informations incomplètes, floues et incohérentes concernant la présence de civils dans les structures adjacentes à la maison Shehadeh (le garage et les huttes), où sont morts la plupart des civils.

 

12. Cette lacune provient d’évaluations erronées et de jugements erronés fondés sur un manque de renseignements dans la collecte et le transfert d’informations aux différents échelons impliqués dans les points de contact entre les différentes agences impliquées, ...

 

Les principales raisons qui expliquent cet échec sont les suivantes:

• le besoin urgent de mettre fin à l'activité meurtrière de Shehadeh en utilisant des moyens efficaces et légaux d'assassinat ciblé;

• les énormes ressources investies pour collecter des preuves et localiser Shehadeh, ainsi que le risque réel de perdre la trace de lui ou être empêché de le neutraliser;

• La création de conditions optimales pour l'attaque, en termes de temps et de lieu, qui ne seraient pas sûres de se répéter;

• La courte période de temps - quelques jours seulement - ISA devait collecter des informations sur la zone entourant la maison Shehadeh et la présence de personnes dans les structures adjacentes, par rapport à la longue période pendant laquelle elles devaient collecter des informations sur Shehadeh lui-même;

• Le risque que l'opération soit exposée et contrarié à la suite de la collecte d'informations de renseignement plus complètes et plus précises. Toutes ces raisons peuvent expliquer l'échec, mais ne pas le justifier.

 

13. Tout ce qui précède, et plus encore, a dévié de tout son poids vers la cible elle-même et pour assurer le succès de la frappe contre lui, ainsi que pour accorder trop peu de poids au risque de préjudice pour des civils non impliqués. ...

 

14. Un examen de l'opération conformément aux règles du droit israélien et international élimine sans équivoque tout soupçon qu'une infraction pénale a été commise par l'une des personnes impliquées dans l'opération. La Commission ne recommande pas que des mesures personnelles soient prises à l'encontre des personnes impliquées dans l'opération, ...

Les motifs principaux en sont les suivants:

• Le comportement des personnes impliquées dans l'opération, et en particulier de ceux qui ont décidé de la mettre en œuvre de la manière dont elle a été menée, ne constitue pas une infraction disciplinaire et ne correspond pas aux caractéristiques

• ... toutes les personnes impliquées ont abordé les normes énoncées dans les conventions israéliennes et internationales.

• ..s. L'écart entre leurs attentes et le préjudice réellement causé ... résulte..d'évaluations erronées et d'un jugement erroné en raison d'un manque d'intelligence et d'interprétations divergentes du sens de l'information. l'échec est en partie le résultat de contraintes objectives liées aux circonstances, de contraintes de temps ...;

• Les nombreuses années écoulées depuis l'opération

• Les décideurs de cette opération … ont depuis achevé leur service et ne font plus partie des forces de sécurité.

• ...

• Les responsables des services de sécurité - les décideurs de l’opération - ont reconnu les échecs constatés et la nécessité de prendre des mesures pour éviter que des conséquences collatérales telles que celles survenues dans cette opération ne se reproduisent;

• ...À la suite de ces enquêtes, les forces de sécurité en ont tiré des enseignements et les ont intégrées aux leçons écrites et orales intégrées à la formation, aux conférences et aux règlements. Des changements ont également été introduits dans les mécanismes traitant des opérations d'assassinat ciblé;

• Le recours à l'assassinat ciblé dans la guerre contre le terrorisme a considérablement diminué, et des moyens technologiques ont été mis au point pour garantir le succès de ces opérations, notamment en ce qui concerne leur exécution. conséquences collatérales;

...

Au cours des années écoulées, et particulièrement depuis l'arrêt de la Cour suprême sur les assassinats ciblés, les principes normatifs et les règles du droit israélien et international concernant les assassinats ciblés ont été appris, internalisés et mis en œuvre. Un accent particulier a été mis sur le principe de proportionnalité et sur la nécessité de maintenir un juste équilibre entre le succès de l'attaque contre la cible et la prévention ou la minimisation du risque pour les civils non impliqués, tout en adhérant strictement au principe de proportionnalité;

Voici les principales recommandations:

 

16. Les forces de sécurité doivent intégrer et intérioriser, de manière permanente, les principes et les normes du droit israélien et international, ainsi que les fondements éthiques et moraux sur lesquels elles reposent, en particulier dans tout ce qui concerne les dommages causés à des civils non impliqués par des assassinats ciblés contre une cible légitime.

 

17. Le principe de proportionnalité doit être scrupuleusement respecté. … une attaque ne devrait pas être menée, même si la cible est en soi légitime, si le préjudice attendu pour les civils non impliqués est excessif par rapport à l'avantage militaire attendu de l'attaque...

 

20. Une transcription de chaque délibération impliquant une décision concernant un meurtre ciblé sera préparée en temps réel. Les enregistrements en temps réel doivent être conservés jusqu'à ce que l'opération soit examinée par un comité externe, dans la mesure où un tel examen est requis par les directives définies dans la décision de la Cour suprême.

 

25. La Commission est consciente des contraintes de temps, de lieu et de circonstances auxquelles sont soumises toutes les personnes impliquées dans la planification et la mise en œuvre d'un homicide ciblé. Par conséquent, lesdites recommandations sont formulées sous réserve des exceptions requises par des situations de pression et de contraintes empêchant le respect total de la réglementation. Dans de tels cas, les procédures peuvent être modifiées ou abrégées, mais uniquement si l’essentiel des principes juridiques israéliens et internationaux et des instructions énoncées dans la décision de la Cour suprême n’est pas affecté.

 

27. En dépit du résultat qui a abouti à la présente affaire, les moyens de mise à mort ciblés étaient et continuent d'être un outil légitime dans la lutte contre le terrorisme meurtrier, à condition que l'opération soit menée conformément aux principes et aux règles énoncés par le droit israélien et le droit international. et les normes éthiques et morales sur lesquelles ils sont basés.

 


3Sur le sujet voir wikipedia , affaire Salah Shehadeh

 



Comments powered by CComment