Le 13 juillet, l’armée israélienne appelle, par voie de tracts, les habitants du nord de la bande de Gaza à évacuer «immédiatement» leurs maisons en prévision de bombardements massifs dans ce secteur. l’armée prévient :

 

Tunnel du Hamas à Gaza

Nous avons l’intention d’attaquer les infrastructures terroristes. L’opération sera brève. Ceux qui ne respecteront pas les instructions mettront en danger leur vie et celle de leur famille.

Le 17 juillet, l'UNRWA découvre une vingtaine de roquettes du Hamas stockées dans une école vide de Gaza.

L’opération 'bordure protectrice' dure 50 jours et s’achève le 26 août. Elle fait près de 2 200 victimes palestiniennes1 et 73 israéliens dont 7 civils. Au cours des 5 800 missions aériennes entre le 8 juillet et le 26 août, 16 792 maisons ont été détruites ou presque totalement détruites, 203 écoles endommagées dont 25 totalement détruites.2 32 tunnels ont été détruits dont 14 conduisaient vers le territoire israélien et pouvaient servir de voie secrète d’accès pour une attaque terroriste en zone frontalière.

En janvier 2017, l’opération est qualifiée par Naftali Benneth, leader du foyer juif, à l’extrême droite de l’échiquier politique israélien, d’opération mal conçue et inaboutie, le gouvernement ayant à l’époque peut-être sous-estimé la menace que représentaient les tunnels creusés par le Hamas en ne réagissant que tard à l’information obtenue dès mi-2013 sur l’existence de ces tunnels.

 Les forces armées ont dessiné leurs plans sans connaître les buts que les responsables politiques auraient voulu atteindre dans une guerre contre le Hamas, écrit Amos Harel, le spécialiste de la défense au quotidien Haaretz. Et l’armée n’a pas tenu le cabinet au courant de ces plans. Les choses se sont passées exactement dans l’ordre contraire qu’il aurait fallu suivre. 3

Durant le conflit, le Hamas a lancé 4 500 roquettes dont 4 000 ont visé des habitations civiles .

Le contrôleur de l’État d’Israël Yossef Shapira a publié son rapport le 28 février 2017. il critique les informations « limitées et générales » dont ont bénéficié les ministres participant au conseil national de sécurité, avant l’offensive.

 

Site de tir de roquettes du Hamas


Cette rétention d’informations ne leur permettait pas de prendre la mesure de « l’ampleur de la menace » représentée par les tunnels creusés par les hommes du Hamas dans la bande de Gaza. Ainsi, au cours du premier semestre 2014, la hiérarchie militaire et le Premier ministre, Benyamin Nétanyahu, n’ont pas fourni aux ministres de détails sur une attaque souterraine possible du mouvement islamique armé contre une communauté frontalière.4

 


1 Chiffres proches pour le ministère palestinien de la santé (in site Fance-Palestine) : 2200 morts dont 541 enfants et 250 femmes.

2 El Watan 28 décembre 2012 in Site France-Palestine

3 d’après Piotr Smolar, le Monde , 31/01/2017

4 Rapporté par le monde, Piotr Smolar du 28.02.2017



 

Comments powered by CComment