Dans la semaine du 22 novembre, des départs de feu sont observés en plusieurs endroits du pays, particulièrement vers le Nord, mais aussi sur la route reliant Tel-Aviv à Jérusalem. Les dégâts sont très importants et le départ simultané de plus de 100 feux laisse à penser qu’il ne peut s’agir de négligence mais plutôt d’actions criminelles. Des engins rudimentaires de mise à feu ont été retrouvés dans les bois brûles.

Le bilan est lourd : 133 blessés, 784 logements touchés dont 527 sont totalement détruits. 50 000 personnes ont dû être évacuées, 2000 pompiers ont été mobilisés avec l’aide de nombreux pays1 et de l’Autorité palestinienne. Près de 3000 hectares de parc protégés ont aussi brûlé.

 Le dimanche 27 novembre, 37 personnes, dont 18 arabes israéliens, soupçonnées d’être en lien avec des incendies criminels, ont été arrêtées au cours des derniers jours,rapporte la radio de l’armée israélienne. Certains suspects ont d’ores et déjà mentionné des revendications "nationalistes" 2

 


Plus de de 100 départs de feu ont eu lieu en une semaine dans tout le pays

 

Le résultat de l’enquête n'a semble-t-il  pas été communiqué depuis aux Israéliens.


 

1 Notamment la France, la Russie, la Turquie, la Grèce et Chypre qui ont envoyé des hydravions en renfort.

2i24 news

 



 

Comments powered by CComment