Suite à l’élection de Donald Trump, le gouvernement qui n’a pas donné suite à la demande d’annexion de Ma’aleh Adumim, une implantation de 30 000 habitants située en Cisjordanie à 7 kilomètres de Jérusalem, relance la construction dans les territoires occupés, ou du moins les intentions.

La construction de 566 logements est autorisée à Jérusalem-Est. Le 24, le Premier ministre israélien revendique sur son compte Twitter la construction programmée de 2 500 nouveaux logements dans des colonies juives en Cisjordanie.1 au final ce sont 5 500 logements en Cisjordanie dont la construction est autorisée.

Le maire Nir Barka a commenté :

nous avons passé huit années difficiles suite à la pression d’Obama de geler la construction. Concernant la municipalité de Jérusalem, ce fut parfois possible grâce à l’approbation du gouvernement qui a souvent retardé ce gel. J’espère que cette ère est maintenant terminée et que nous allons continuer à construire et développer la ville en faveur des résidents, juifs et arabes pour renforcer la souveraineté sur Jérusalem unifiée comme capitale d’Israël et fournir des solutions pour les jeunes couples.2

 

Ma’alé Adumim, 38 000 habitants est une implantation très proche de Jérusalem. Son annexion est en débat.

 

Mais l’administration américaine douche les ardeurs du gouvernement Netanyahu le 2 janvier 2017 en déclarant :

si la colonisation n’est pas un obstacle à paix, la construction de nouvelles implantations ou l’expansion d’implantations existantes [en Cisjordanie] au-delà de leurs limites actuelles pourrait ne pas aider» à résoudre le conflit au Proche-Orient.3

Ma’alé Adumim avait fait l’objet de négociations en 2001 à Taba. Sur le verbatim rapporté par le quotidien Haaretz,

le différend avait porté sur une large bande de territoire entre Ma’alé Adumim et Givat Ze’ev, qui contient tout à la fois une importante population palestinienne et les réserves de terrain les plus importantes pour l’extension de Jérusalem-Est. Les Palestiniens étaient revenus sur leur inclination première à englober ces deux colonies dans les blocs de colonies devant être annexés à Israël après qu’ils eurent constaté qu’Israël insistait, par ailleurs, pour annexer la large bande de terre qui les unit, ce qui aurait signifié que des citoyens palestiniens se seraient retrouvés inopinément en territoire sous souveraineté israélienne. [Ehud ] Barak avait alors donné instruction de dire aux Palestiniens que la carte présentée qui réduisait la superficie du bloc des colonies (incluant la bande de territoires entre Ma’alé Adumim et Givat Ze’ev) à seulement 5 % de la Cisjordanie, n’était pas valable.4



 

1 Piotr Smolar, le monde 24 01 2017

2 Le monde, idem et http://alyaexpress-news.com/good-news-671-appartements-a-Jérusalem-approuves-a-construction-tils/

3 communiqué de la Maison Blanche

4 Compte rendu de Miguel Moratinos sur les négociations de Taba in confluence méditérannéennes 2002/2 n°41 p163 à 177 et Haaretz du 14 fevrier 2002.

Comments powered by CComment