La nouvelle ambassadrice exprime rapidement sa surprise quant à la fréquence des séances consacrées à Israël au regard des autres conflits pourtant nombreux et souvent plus meurtriers.

 

 Je pensais que le Conseil de sécurité est censé de trouver des voies vers la paix et la sécurité dans le monde, mais lors de cette séance, au lieu de parler du réarmement du Hezbollah au Liban, de l’argent iranien qui coule à flots en direction des organisations terroristes, de la manière dont on peut anéantir Daech ou comment sanctionner Bachar El-Assad pour les massacres qu’il a commis, la séance a été consacrée à…Israël, la seule démocratie de la région, avec des critiques ... Je suis certes nouvelle ici mais j’ai déjà compris que c’est ainsi que fonctionne le Conseil de sécurité, mois après mois, et ce depuis des dizaines d’années. ...Il y a tant de choses qui se passent dans le monde, comment se fait-il que chaque mois, lors de la séance mensuelle consacrée au Proche-Orient, nous devons nous focaliser uniquement sur Israël ? Et de manière obsessionnelle. C’est un réel problème.

 

De fait les résolutions du conseil de sécurité consacrées à Israël et ses relations aux Palestiniens ou à ses voisins sont assez nombreuses. Depuis 50 ans, 137 résolutions ont dénoncé Israël nommément sur les 411 résolutions sur le Proche-Orient, incluant donc la Syrie, la Jordanie, l’Irak, le Liban, l’Iran...1 Nikki Haley récidive dans une interview au Washington Post le 2 juin 2017 titré : Le Conseil des droits de l’homme des États-Unis blanchit les brutalités.

 

Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU s’étonne que les séances consacrées au Moyen-Orient traitent quasi-exclusivement d’Israël

 

Après avoir accablé les pays membres du Conseil où les droits de l’homme sont violés régulièrement (Le Venezuela depuis 18 ans, Cuba dont le gouvernement emprisonne des milliers d’opposants politiques) ou la Russie qui a envahi l’Ukraine et repris la Crimée en 2014 au prix de milliers de morts, elle rappelle que ces abus n’ont donné lieu à aucune réunion du Conseil.

 

Elle s’interroge en conséquence sur le maintien de la participation des États-Unis au Conseil. Elle ajoute que le conseil doit également mettre fin à sa pratique de distinguer à tort Israël pour des critiques. Lorsque le conseil adopte plus de 70 résolutions contre Israël, un pays doté d’un solide bilan en matière de droits de l’homme, et seulement sept résolutions contre l’Iran, pays avec un bilan catastrophique en matière de droits de l’homme, vous comprenez que quelque chose est sérieusement erroné... La dose maximum admissible de cynisme est atteinte ces jours-ci...Il incombe aux Nations unies de réclamer cette vision et de rétablir la légitimité des droits humains universels.


 

1 Analyse plus poussée en annexe.



 

Comments powered by CComment