Hassan Nasrallah, a exhorté Israël « non seulement à déplacer l’installation d’ammoniaque de Haïfa, mais à démanteler la centrale nucléaire de Dimona », affirmant : « Ils savent ce qui adviendra d’eux et de leur entité [sioniste] si des missiles frappaient cette usine....Quel que soit le lieu où ils transféreront le réservoir [d’ammoniac de Haïfa], nous pourrons l’atteindre... la résistance a évoqué ces entrepôts de stockage et les a comparés à une bombe nucléaire...ils ont dit que le bateau qui transporte l’ammoniac en Palestine occupée représente cinq bombes nucléaires. Par où exactement ce navire pourrait-il nous échapper ? Supposons qu’ils vident l’installation de Haïfa… Tout d’abord, peu importe où ils déplacent cette installation de stockage, nous pourrons l’atteindre, avec l’aide Allah....

Aujourd’hui, j’appelle l’ennemi, ...aussi à démanteler la centrale nucléaire de Dimona. Ils savent que cette usine est vieille et obsolète. Cette usine est vétuste et en état de délabrement, et elle ne peut résister à une attaque de missiles massive. Ils savent ce qui adviendra d’eux et de leur entité [sioniste] si des missiles frappent cette usine. […]

Le discours fait suite à l’annonce que le Hezbollah disposerait de missiles Yakhont, fournis par les Russes ou les Syriens, d’une portée de 300 km et non interceptables par le dôme de fer. Les installations gazières en mer, mais aussi le réacteur de Dimona deviendrait des cibles plausibles pour le mouvement Hezbollah.

 

Ali Khameinei, « guide » de la révolution iranienne depuis près de 30 ans après avoir été président de la République pendant 8 ans, veut libérer totalement la Palestine de la « tumeur cancéreuse » qu’est Israël

 

Quelques jours plus tard, Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qualifie mardi Israël de "tumeur cancéreuse2" en prônant "la libération totale de la Palestine", lors d’une conférence internationale de soutien aux Palestiniens organisée à Téhéran.

Cette tumeur cancéreuse a progressé par étapes et son traitement doit aussi se faire par étapes, Plusieurs intifadas et (actes de) résistance ont permis d’atteindre des objectifs d’étape très importants et continuent (...) jusqu’à la libération totale de la Palestine.3

 

Le discours intervient alors que Benjamin Netanyahu a vanté à Washington une possible alliance avec l’Arabie saoudite,

une "occasion sans précédent car nombre de pays arabes ne considèrent plus Israël comme un ennemi mais comme un allié face à l’Iran et à Daech (groupe État islamique, ndlr), les forces jumelles de l’islam qui nous menacent tous". l’Iran soutient les groupes islamistes palestiniens et le Hezbollah libanais, qualifiés par les responsables iraniens comme faisant partie du mouvement de la "résistance" face à Israël.

 

Ces propos ont déjà été prononcés en 2009 par Khamenei, et à plusieurs reprises par l’ancien président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013)

 

La libération du sud du Liban et de Gaza constitue une étape importante sur le chemin de la libération de la Palestine et a permis de renverser le processus d’expansion géographique du régime sioniste", a déclaré M. Khamenei. Sans cela, "le régime sioniste se serait emparé de territoires en Égypte, en Jordanie, jusqu’en Irak et au Golfe Persique", a-t-il ajouté.4

Le réservoir situé à Haïfa, d’une contenance de 12 000 tonnes d’ammoniaque, faisait en Israël même l’objet d’inquiétudes et d’interrogations. La possibilité, même faible, d’une fuite étant considérée comme insupportable pour la population. Un arrêt de 2013, demandait déjà sa vidange, mais il n’avait pas été suivi d’effet. En mai 2017, une décision de la cour suprême ordonne la fermeture du réservoir avant fin juillet. Juridiquement, le réservoir n’a pas de permis de construction et Haïfa Chemicals l’utilise sans licence commerciale. Econmiquement cela se traduit par 800 licenciements. Le réservoir est finalement vidé en septembre pour être transféré dans le Neguev.

 

A Téhéran, lors de la journée annuelle pour Al-Qods (Jérusalem) le 23 juin 2017 est lancé un compte à rebours jusqu’à la destruction d’Israël qui est prévue pour dans 8408 jours, en juin 2040.


1Vidéo reprise sur le site memri.fr 21/02/2017

2 Dans son livre ’le chemin de Jérusalem’, Boutros Boutros Galli explique que c’est uniquement comme cela qu’il avait toujours entendu parlé puis nommé Israël : le cancer du Proche-Orient.

3 Khamenei développe une stratégie de la terreur s’appuyant sur Hezbollah, plutôt qu’une guerre avec Israël et le souhait d’un seul État, gouverné par des Musulmans en lieu et place d’Israël.

4 Téhéran (AFP) -  in le point (web) du 21/02/2017



 

 

Comments powered by CComment