La scène a lieu à l'ONU. L'ONG UN-Watch est invitée à s'exprimer devant le conseil des droits de l'homme de L'ONU, plutôt réputé pour s'aligner assez facilement sur des positions très anti-israéliennes. L'homme qui prend la parole est particulier. Mosad Hassan Youssef est un ancien membre du Hamas, qui a renié son passé mais aussi ses origines. Son père Hassan Youssef est l'un des membres fondateurs du Hamas.

Ce jour là, Mosad s'exprime au nom de l'ONG UN-Watch, dont le représentant Hillel Neuer défend souvent et avec vigueur Israël au sein des nations unies.

 

Mosad Hassan Youssef déclare :

 

 Merci, Monsieur le Président. Je prends la parole au nom de UN Watch.

Je m’appelle Mosab Hassan Yousef et j’ai grandi à Ramallah en tant que membre du Hamas.

J’adresse mon discours à l’Autorité palestinienne qui prétend être le « seul représentant légitime » du peuple palestinien.

Je vous demande, d’où vient votre légitimité ?

Le peuple palestinien ne vous a pas élu et ils ne vous ont pas choisi pour les représenter.

Vous vous êtes autoproclamés.

Votre responsabilité n’est pas envers votre propre peuple. Ceci est mis en évidence par votre violation totale de leurs droits de l’homme.

En fait, l’individu palestinien et son développement humain sont les derniers de vos soucis.

Vous kidnappez les étudiants palestiniens du campus et les torturez dans vos prisons.

Vous torturez vos rivaux politiques. La souffrance du peuple palestinien est le résultat de vos intérêts politiques égoïstes. Vous êtes le plus grand ennemi du peuple palestinien.

Si Israël n’existait pas, vous n’auriez personne à blâmer. Assumer la responsabilité du résultat de vos propres actions.

Vous enflammez le conflit pour maintenir votre pouvoir abusif.

Enfin, vous utilisez cette plate-forme pour tromper la communauté internationale et tromper la société palestinienne, à croire qu’Israël est responsable des problèmes que vous créez. Je vous remercie.

 

Les représentants palestiniens sont visiblement surpris par l'intervention et n'y apportent pas de réponse.

La séance consacrée aux droits de l'homme ne comporte aucune intervention relative aux droits de l'homme dans un autre pays (Syrie, Corée du Nord, Soudan…).

 

Pour Hillel Neueur,

“«Les démocraties occidentales ont une nouvelle fois boycotté le débat d'aujourd'hui.

Dans l'univers dystopique de 1984 , George Orwell , tout le monde était contraint de subir quotidiennement« Deux minutes de haine ». 

Dans l'univers dystopique du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, où siègent l'Arabie saoudite, le Qatar, Cuba et le Venezuela, l'horaire intégré de chaque session comprend une journée uniquement consacrée à la propagande de haine contre l'État juif 

 



 

Comments powered by CComment