Selon la Bible, c'est Salomon, fils du roi David, qui construit le temple , sur le mont Moriah, à l'endroit où Abraham a attaché son fils Isaac pour le sacrifier selon les ordres divins.

Le premier temple a été détruit en - 586 par le conquérant babylonien Nabuchodonosor. Vainqueur de son successeur Nabonide, le  Perse Cyrus autorise en - 539 la reconstruction du Temple. Il est ensuite consolidé et agrandi par Hérode le Grand (-37; -4 ) sous l'occupation romaine.  Il est détruit en 70 par les troupes du général  Titus,  fils de l'empereur Vespasien.

La partie du mur qui surplombe actuellement le lieu de prière est haute de 18 mètres et longue de 57 mètres. Mais le mur continue, caché par les constructions du quartier arabe, et sa longueur dépasse 200 mètres, sans compter une partie enterrée de même longueur.

Le mur est le seul vestige restant de l'enceinte du second Temple. Les Juifs se sont donc tournés vers lui suite à la destruction du temple.

En 135, les armées de l'empereur Hadrien détruisent Jérusalem qu'ils renomment Aelia Capitolina. les Juifs sont expulsés de Jérusalem.
Le mur n'est alors plus fréquenté.

En 1516, le sultan ottoman Suleyman conquiert à son tour la ville sainte. Le parvis devant le mur sert alors de décharge et la porte dans la muraille qui permet encore aujourd'hui d'y accéder y gagne son nom de "porte des immondices", aujourd'hui la porte des Maghrébins. Suleyman fait déblayer le parvis et autorise les Juifs à venir y prier.


Un quartier est alors construit face au mur pour héberger les pèlerins musulmans venus pour la plupart du Maroc. Il ne laisse plus qu'une voie étroite face au mur, entre 2,5 m et 3,30 m au plus large. Les Juifs continuent cependant d'y prier, pas toujours bien accueillis en ce lieu.

On trouve des traces écrites sur des 'prières organisées' au mur à partir de 1625.

Au début du 20e siècle, sous le mandat britannique, des émeutes ont lieu sur fond d'antisémitisme des habitants musulmans. La propriété du mur est aussi contestée.

Pour les Juifs c'est un élément du second Temple

Pour les Musulmans l'accès au mur n'est qu'un passage du quartier de Maghrébins sur lequel les Juifs n'ont aucun droit. C'est aussi l'endroit où le prophète Mahomet aurait attaché sa monture ailée 'Al Buraq' avant de monter sur l'esplanade et d'aller discuter au ciel avec les prophètes ( épisode du 'voyage nocturne' où est évoqué la mosquée lointaine, Al-Aqsa). Ce dernier point est d'ailleurs contesté par les Juifs, l'épisode du Buraq n'étant mentionné pour la première fois que plusieurs siècles après la mort de Mahomet.

Le 23 août 1929, les tensions entre Arabes et Juifs dégénèrent. Les Arabes augmentent le son des prières du muezzin voisin et font passer les troupeaux le long du mur pour perturber les prières juives.

Ils accusent ces derniers qui ont apporté des chaises et des tables pour les vieillards et les malades, de tenter de reprendre la propriété de la zone du mur. Ce point est d'autant plus compliqué que le droit ottoman considère le dépôt de chaises ou autre mobilier comme une revendication de propriété (c'est aussi l'origine des conflits récurrents entre les communautés chrétiennes du Saint-Sépulcre.)


En 1925 et 1928 , des incidents semblables avaient conduit à l'interdiction de cette pratique. Les autorités musulmanes avaient alors demandé le retrait des éclairages de la zone du mur.


Mais en 1929, la tension ne s'apaise pas et des émeutes finissent par faire des morts.


Lire aussi :

1928 - incident au mur des lamentations, rapport de novembre 

1929 -23 août : Jérusalem, massacre au mur occidental

1930 : rapport sur les émeutes de 1929


En 1948, la Jordanie conquiert la vieille ville, détruit ses 56 synagogues et expulse tous les Juifs. Malgré l'accord d'armistice qui garantit le droit à venir prier au mur pour les Juifs, ils ne sont plus autorisés à s'en approcher.


En 1967, les Israéliens, vainqueurs de la Guerre des six jours, détruisent les 135 maisons du vieux quartier maghrébin, permettant la création de l'immense esplanade qui accueille les foules les jours de fête religieuse.

LES PIERRES

Les pierres du Mur Occidental sont faites de calcaire. Leurs bords sont taillés afin de former un contour autour de chacune d’elle. C’est le style typique employé par le roi Hérode qui régna au premier siècle avant notre ère sous la tutelle romaine,  et qui érigea le mur de telle sorte qu’il soutienne le Mont du Temple. En levant les yeux, on s’aperçoit que les pierres sont de plus en plus petites. La raison en est qu’au début, le mur n’était pas aussi haut que maintenant et que des ajouts ont été effectués au cours des siècles. Les fondations du mur sont en fait à environ six mètres en-dessous de l’endroit où l’on prie.

Une des pierres mesure plus de douze mètres de long et pèse 400 tonnes. C’est la plus grande pierre connue jamais extraite par les hommes,  qu'aucune grue moderne n’est capable de soulever. D’autres pierres ont un poids de plus de cent tonnes. On peut les voir en passant dans les tunnels archéologiques qui ont été percés récemment.

Nombreuses sont les personnes qui ont la coutume de placer entre les pierres des petits morceaux de papier sur lesquels sont rédigées des prières. Selon la tradition juive, le mont du Temple est l’endroit le plus saint de la terre et la présence de Dieu y est permanente. Il est également enseigné dans la tradition mystique juive que toutes les prières prononcées aux quatre coins du monde parviennent au Mur puis s’élèvent jusqu’au ciel.

Un certain nombre d’espèces végétales poussent sur les pierres du Mur: jusquiame, podosnoma, gueule-de-loup sicilienne, prêle-renouée, câpre épineuse et phagnalon.


PRIER AU MUR


Tout le monde peut aller au mur occidental, Juif ou non, comme pour une synagogue. Le vendredi soir comme les jours de fête, la foule compacte, composée pour beaucoup d'orthodoxes est impressionnante et l'ambiance, très sonore, est chaleureuse. Évitez cependant de prendre des photos durant Shabbat et les fêtes.

On peut accéder au mur par la porte des Maghrébins. Il est accessible jour et nuit et rarement désert.
Le mur comporte plusieurs sections. Les hommes prient à gauche et les femmes à droite. La partie gauche permet aussi d'aller dans la "grotte", partie couverte de l'esplanade où est aménagée une synagogue. L'arche qui permet l'accès soutenait le passage qui reliait le temple à la ville haute. Si l'arche est relativement basse, c'est que le sol actuel est plus haut que celui d'il y a 2000 ans.

Comments powered by CComment