•  

L'accès au mont du Temple à l'époque du second Temple ( -538; 70) se faisait par deux portes jumelles situées au sud de l'esplanade, et trois portes situées à l'est, appelées portes Houlda. Les portes traversaient les murailles, via un long tunnel découvert par Charles Warren au XIXe siècle, puis permettaient de remonter par des escaliers au niveau de l'esplanade. Les passages sont maintenant utilisés comme mosquée et toute fouille y est interdite.

 Les portes sont mentionnées dans la Mishna, partie du Talmud issue de la transcription de la loi orale :

"Il y avait cinq portes au mont du Temple, deux portes de Huldah, au sud, était utilisé pour entrer et sortir". (Mishnah, traité Midot 1.3)

La "double porte" , aussi appelée "houlda occidentale", est située à une centaine de mètres à l'est de l'angle sud-ouest du Mont du Temple sous la mosquée Al-Aqsa. Les ouvertures sont bouchées mais une petite fenêtre a été maintenue ouverte.

Seule la moitié de l'ouverture du côté droit (est) a survécu, tandis que l'autre ouverture (gauche-ouest) a disparu. Elle faisait partie d'un mur d'enceinte médiéval qui a été construit à côté du mur et de la mosquée Al-Aqsa.

Le tunnel d'entrée de la Double Porte est entièrement conservé sous la mosquée, et ne peut plus être atteint que par le nord de l'esplanade.

Des colonnes de pierre avec leurs moulures et quatre dômes originaux avec des ornements en pierre sculptée ont été conservés dans la partie intérieure du mur sud. Ce sont les vestiges les plus importants de la période du Second Temple, qui faisait partie des structures royales en stuc à l'entrée de l'esplanade. Les décorations en pierre sculptée comprennent des motifs géométriques et des modèles végétaux avec des feuilles de vigne et des grappes de raisin.

La largeur de la "double porte" est d'environ 12 mètres et sa hauteur est d'environ 7 mètres du seuil au linteau.
Le devant de la porte a été détruit puis restauré et complété au début de la période islamique. Sur la pierre extérieure au-dessus du linteau dans le coin est (à droite) était une pierre portant une inscription en latin à l'envers, rappelant l'empereur Hadrien (IIe siècle), indiquant que les pierres du mur étaient utilisées à titre secondaire sur le site.

Le mur oriental du tunnel de la Double Porte, en face du dôme comporte une ouverture qui relie la cavité du tunnel aux espaces orientaux de la "Triple Porte" et les Ecuries de Salomon. La zone de la Double Porte est l'un des plus impressionnants des espaces souterrains à Jérusalem, malgré les travaux de restauration hâtifs et négligents effectués dans les périodes ayyoubide, mamelouke et ottomane.

Devant la "Double Porte" se trouvait un immense escalier avec 30 marches, une marche sur deux étant étroite et large. La largeur des escaliers était d'environ 65 mètres, la hauteur des marches varie de 17 à 24 cm, et la profondeur de chaque marche est comprise entre 90 et 30 cm.

Les piétons qui ont visité le site entre le XIe et les XVIe siècles ont rapporté qu'il était encore possible d'entrer dans le Mont du Temple par la double porte.

La double porte est appelée "porte du prophète" dans la littérature musulmane et dans l'ancienne tradition juive :

La tradition musulmane dit que de Muhammad est entré sur l'esplanade par la double porte lors de son voyage nocturne vers Jérusalem.

 Triple porte : Hulda orientale

La porte, elle aussi bouchée, comporte trois ouvertures en forme d'arc située sur le mur sud.

Cette porte, aussi appelée "Hulda orientale",  a probablement servi, comme la double porte, d'entrée à l'enceinte du Mont du Temple pendant la période du Second Temple. Elle est située à environ 100 mètres à l'ouest de l'angle sous la mosquée Al-Aqsa.

L'origine du nom pourrait faire référence à la prophétesse Hulda, qui vivait à Jérusalem pendant la période du Premier Temple et avait prophétisé la destruction du Temple.

Mais le mur à cet endroit fait partie de l'extension hérodienne du second Temple, très postérieur à ces évènements. Houlda peut aussi venir d'un mot hébreu signifiant rat ou taupe, allusion au passage sombre avant d'arriver en haut dans la lumière de l'esplanade du temple.

On suppose qu'un escalier similaire à l'escalier monumental construit devant la "Double Porte" était également ici, devant la "Triple Porte", mais n'a pas survécu.

La plupart des les marches ont été construites sur une base en voûte (elles n'ont donc pas survécu) et seules quelques-unes d'entre elles ont été taillé dans le roc lui-même.

En dessous de cet escalier, un grand Mikvé, un bain rituel, a été creusé dans le roc. Le site a presque entièrement survécu, y compris ses murs plâtrés. Il comprenait une double entrée qui permet de séparer la personne impure qui entre dans le mikveh de celle qui en sort purifiée.

Sur la pierre d'origine, un "graffiti" est inscrit en hébreu, datant du Moyen Âge, avec les mots "Berclav Ner / Bar Yosef Musaraf". On suppose que la personne mentionnée dans le inscription a été guérie de sa maladie et a fait le pèlerinage pour prier en reconnaissance près du mur du temple.

Comments powered by CComment