L'organisation de libération de la Palestine, créée le 28 mai 1964 au Caire, sous l'égide de Nasser publie sa charte la même année.

Celle-ci ne fait pas référence à la création d'un Etat de Palestine. Elle souhaite simplement "libérer" la totalité de la Palestine mandataire, ce qui suppose la destruction de l'Etat d'Israël pourtant issu d'un vote de partage dix-sept an plus tôt.

La charte de 1964, définit la Palestine comme un territoire à intégrer dans le monde Arabe "une terre arabe unie par des liens nationaux étroits  aux autres pays arabes", formant "la grande nation arabe".

 

voir aussi 1964 : création de l'OLP

 

Si "le peuple arabe a le droit légitime à sa patrie", c'est uniquement dans ce cadre, la Palestine étant "inséparable de la nation arabe".

Evidement le vote de partage de l'ONU (résolution n°181) est "illégal" et la déclaration Balfour de 1917  et le mandat anglais sont des  "imposture".

Quant aux Juifs, ils ne forment pas un peuple doté d'une persnonalité indépendante. Et la libération de la Palestine permettra de "purifier la Palestine de l'existence sioniste". Ce qui n'empêche nullement l'OLP d'affirmer que "Le peuple palestinien croit au principe de justice, de liberté, de souveraineté, d'autodétermination, de dignité humaine et au droit des peuples à pratiquer ces principes."

Quant au sionisme, c'est "un mouvement colonialiste dans ses débuts, agressif et expansionniste dans ses objectifs, raciste et ségrégationniste dans ses configurations et fasciste dans ses moyens et objectifs"

 

Les termes "lutte armée" apparait quatre fois dans la charte de 1968, alors qu'il n'étaient pas présente dans la charte de 1964. Plus que la lutte armée, l'article 7 de la nouvelle charte appelle au "sacrifice de ses biens et de sa vie". La lutte armée est d'ailleurs " la seule voie menant à la libération de la Palestine. Il s’agit donc d’une stratégie d’ensemble et non d’une simple phase tactique.". Toute négociation est donc exclue. Cette lutte suppose l'entrainement de commando (article 10). Le terrorisme est bien ancré dans l'ADN de l'OLP et pour longtemps.

L'article 21 confirme le refus de négociation et réaffirme qu'Israël doit disparaitre : "S’exprimant par révolution armée palestinienne, le peuple arabe palestinien rejette toute solution de remplacement à la libération intégrale de la Palestine"

 

voir aussi 1996 : La charte Palestinienne change...mais ne change pas

 

Pour autant, l'article 16 de la charte de 1968 écrit que "La libération de la Palestine, d’un point de vue spirituel, fera bénéficier la Terre Sainte d’une atmosphère de sécurité et de quiétude".

D'autant plus que les Juifs n'ont aucun lien avec cette terre : "Les prétentions fondées sur les liens historiques et religieux des Juifs avec la Palestine sont incompatibles avec les faits historiques".

 

Télécharger / imprimer les chartes de 1964 et 1968 (Comparaison article par article)

 

***