L'ESPLANADE DEVANT LA BASILIQUE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'esplanade est autrement nommée l'Atrium. Le mot signifie pièce centrale ou cour intérieure. Au moyen-âge il signifiait cimetière (il a donné le mot 'âtre' ). Pour certains l'Atrium est l'espace intérieur qui jouxte l'entrée.

 L'entrée de l'église, sur son flanc sud, est situé en face.

 

A gauche le clocher romain ajouté après la façade par les croisés en 1172 (qui ont conquis Jérusalem en 1099 lors de la première croisade).

Haut de 29 mètres, il comportait cinq étages abritant des cloches, mais s'est écroulé en 1545. Il portait la signature de son concepteur, Lordanis : Lordanis me fecit (m'a construit) .

 

En 1187, le conquérant Ayyoubide Saladin fond les 18 cloches qui sonnaient les heures. Elles ne sont remplacées qu'au XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite de l'entrée se situe la chapelle de Francs,  dont le vrai nom est la chapelle des sept douleurs.

Un escalier extérieur adossé à la façade conduit à la chapelle, située au même niveau que le calvaire derrière le mur. Cette chapelle est l'ancienne accès extérieur au calvaire. Le portique est surmonté d'une coupole cylindrique, il a été transformé en chapelle, détenue par les latins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Moyen-Âge, cette chapelle  permettait aux pèlerins d’accomplir leurs voeux et d’obtenir les indulgences même si la basilique était fermée ou s’ils n’avaient pas de quoi payer la taxe d’entrée. En-dessous se situe un oratoire dédié à sainte Marie l’égyptienne.

 

 Notre dame des douleurs : souvent appellée Notre dame des sept langueurs est la Mater Dolorosa, l'un des titres la vierge pour l'associer aux souffrances de son fils. Son culte apparaît en 1221 en Allemagne. Les 7 douleurs sont le suivantes :

- La prophétie de Syméon sur l'Enfant Jésus. (Luc, 2, 34-35),

"Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère : Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l'âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées"

- La fuite de la Sainte Famille en Égypte. (Mat, 2, 13-21) ,

Hérode le Grand ayant appris la naissance du roi des Juifs décide selon Mathieu  de tuer tous les nouveaux nés, Jospeh prend la fuite avec sa famille et se réfugie en Egypte.

- La disparition de Jésus pendant trois jours au temple. (Luc, 2, 41-51) ,

Jésus a douze ans lorsque ses parents vont à Jérusalem pour la Paque (Pessah). Accompagnés de nombreux compagnons de voyage ils ne se rendent pas compte à leur retour que l'enfant n'a pas suivi. Ils retournent à Jérusalem et le retrouvent au bout de trois jours en train de discuter au Temple avec les docteurs, les interrogeant et les écoutant. Il dit à ses parents : pourquoi me cherchez-vous, "ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ?"

 - La rencontre de Marie et Jésus sur la via crucis. (Luc, 23, 27-31) ,

- Marie contemplant la souffrance et le décès de Jésus sur la Croix. (Jean, 19, 25-27) ,

- Marie accueille son fils mort dans ses bras lors de la Descente de croix. (Mat, 27, 57-59) ,

- Marie abandonne le corps de son fils lors de la mise au tombeau. (Jean, 19, 40-42) .

 

LE PORTAIL

 

On entre par la face sud de l'édifice. Il comprend deux portes jumelles avec au dessus les fenêtres correspondantes, en forme d'ogive, ornées de frises et de motifs végétaux. La porte de droite a été murée par Saladin en 1187.

Les portes étaient décorées du temps des croisés (1099-1187), enrichies par des lunettes décorées: sur celle de droite une mosaïque représentait la Vierge Marie.

La porte de gauche a conservé encore les empreintes d'opus sectile (littéralement 'appareil à découper', c'est un pavement géométrique réalisé par assemblage de morceaux découpés) composé de marbre précieux sculpté.

 

L'échelle inamovible : paradigme des conflits sans fin.

L'échelle inamovible sur la facade de la basilique du Saint-Sépulcre

Du parvis du Saint-Sépulcre, on aperçoit en façade, au niveau d'une fenêtre du premier étage une échelle en cèdre.

« Jusqu'en 1831, les portes de l'église n'étaient ouvertes, avec l'aval des autorités turques, que durant les fêtes. Les reste du temps elles étaient fermées et les officiants étaint contraints d'y rester en « résidence forcée ». Les prêtres arméniens recevaient leur nourriture par la fenêtre aménagée à l'étage supérieur, et ils utilisaient l'échelle que nous voyons pour en sortir. L'échelle étant incluse dans l'accord du statu quo, il est interdit de la déplacer même si elle ne sert plus. »2

Personne ne sait plus à quel ordre appartient la corniche sur laquelle elle est posée, ni la fenêtre sur laquelle elle est adossée, ni même à qui appartient cette échelle.

A part un vol en 1997 (mais elle a été retrouvée) et le déplacement pour travaux en 2009, en vertu du statu quo, aucun ordre ne peut la déplacer sans l'accord des cinq autres. Or en 1964, le Pape Paul VI a refusé son déplacement tant que les divisions entre chrétiens persistent ..l'échelle du statu quo n'est pas prête d'être délogée.3

 

Au dessus des portes, les linteaux sont des reproductions, les originaux ayant été déposés en 1930 Ils sont maintenant au musée Rockfeller. Le linteau de gauche représente la vie du Christ, celui de droite des « décors de plantes bourgeonnantes, ainsi que des hommes nus et des animaux imaginaires »

Sur les piliers, on remarque des clous enfoncés (coté gauche) . Ils servaient d'amulettes contre la rage.

 

Au sol, à droite, un panneau de bois,

C'est la sépulture d'un croisé anglais Philip d'Aubigny (1166 – 1236) , présent lors d la signature de la « magna carta4 » en 1215, précepteur du roi Henri III, il part en croisade en 1235 mais meurt un an plus tard. Il a demandé à être enterré ici afin que les pèlerins marchent sur sa tombe.

 

 LE SAINT SEPULCRE COMPREND CINQ GRANDES SECTIONS

 

- le golgotha (escalier à droit en entrant),

- la tombe (à gauche après l'entrée),

- la basilique,

- le corridor et

- la crypte de la croix.

 

 L'ENTRÉE ET LA PIERRE DE L'ONCTION

 

Passée l'entrée se trouve l'onction (ou de la déposition) . A droite un escalier mène au golgotha.

On est alors dans le narthex5 qui se prolonge par le transept de la basilique mais les grecs ont muré ce dernier (le catholicon) qui est donc maintenant séparé par mur orné d'une mosaïque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La pierre de l'onction est aussi appelée aussi pierre de l'embaumement. Elle remonte sans doute à l'époque des croisades. La pierre a été mentionnée pour la première fois en 1288 par le pèlerin et religieux dominicain Rocoldo Peninni dit Rocoldo da monter croce.

Elle a depuis du être remplacée plusieurs fois, les pelèrins en prélevant régulièrement des petits morceaux.

En 1808, l'incendie qui dévaste l'église la détruit. Elle est alors remplacée par une pierre de marbre rose toujours en place qui a été posée en 1810.

C'est sur cette pierre que le christ descendu de la croix a été embaumé "avec des épices et de la myrrhe, dans une toile de lin nouvelle » par Joseph d'Arimathie et Nicodème.

La pierre est entourée de six cierges et huit autres sont suspendus appartenant aux différentes communautés qui gèrent le lieu.

La pierre est l'objet de vénération par les Chrétiens orthodoxes.

Derrière la pierre est située une mosaïque moderne relatant l'épisode de la déposition (partie droite) et l'embaumement du christ (partie gauche). Cette mosaïque figure sur le mur élevé par les Grecs pour fermer leur espace.

 

Entre la pierre de l'onction et l'Anastasis, le petit monument des trois marie, commémore le souvenir des femmes qui ont assisté à l'embaumement. Le nom et le nombre de ces Marie diffère selon les évangiles, sauf pour Marie de Magdala (la pécheresse Marie-madeleine).

Derrière le monument se situe une mosaïque arménienne de la crucifixion faite dans les années 1970.

 

- La Myrrhe est une plante résineuse, premier composant de l'huile sainte.