Le 28 septembre 2000, Ariel Sharon, député du Likoud et chef de l’opposition, pénètre avec ses militants sur le mont dû Temple (sans entrer dans les mosquées). Cette visite, considérée par les Palestiniens comme une provocation constitue le point de départ de la deuxième Intifada dans les Territoires.

 


Sharon ’en visite’ sur l’esplanade. La seconde intifada démarre juste après.

 

Des bombes humaines explosent dans toutes les villes du pays. Une semaine après la visite on compte 64 morts et 2 300 blessés parmi les Palestiniens. Le 17 octobre 2001, un ministre israélien, Rehavam Zéevi, ancien général de Tsahal, est assassiné par un palestinien. Le cycle de la violence est relancé.

Le 6 février 2001, Sharon gagne les élections et forme un gouvernement avec Shimon Pérès. l’intifada a d’autres répercussions lointaines. En France, le nombre d’actes antisémites est passé brutalement de 82 en 1999 à 744 en 2000.

Le rapport Mitchell, publié fin avril 2001 (cf. infra) revient sur la situation et les causes de l’explosion :

« Fin septembre 2000, des responsables israéliens, palestiniens et autres ont reçu des informations selon lesquelles un membre de la Knesset (actuellement Premier ministre) Ariel Sharon prévoyait une visite au Haram al-Sharif / Mont du Temple à Jérusalem. Des responsables palestiniens et américains ont exhorté le Premier ministre Ehud Barak à interdire cette visite. M. Barak nous a dit qu’il pensait que cette visite était un acte politique interne dirigé contre lui par un opposant politique, et il a refusé de l’interdire.

M. Sharon a fait la visite le 28 septembre accompagné de plus de 1000 policiers israéliens. Bien que les Israéliens considèrent la visite dans un contexte politique interne, les Palestiniens y voient une grande provocation. Le lendemain, au même endroit, un grand nombre de manifestants palestiniens non armés et un important contingent de la police israélienne se sont affrontés. Selon le Département d’État américain, "les Palestiniens ont organisé de grandes manifestations et lancé des pierres sur la police à proximité du mur occidental, faisant usage de balles en caoutchouc et de balles réelles pour disperser les manifestants, tuant 4 personnes et en blessant près de 200". Selon les pouvoirs publics israéliens, 14 policiers israéliens ont été blessés.
Des manifestations similaires ont eu lieu au cours des jours suivants. Ainsi a commencé ce qui est devenu connu sous le nom d ’"Al-Aqsa Intifada" (Al-Aqsa étant une mosquée au Haram al-Sharif / Mont du Temple).

Le gouvernement israélien affirme que le catalyseur immédiat de la violence a été l’échec des négociations de Camp David le 25 juillet 2000 et la «reconnaissance généralisée par la communauté internationale de la responsabilité palestinienne dans l’impasse». Dans cette optique, la violence palestinienne a été planifiée par la direction de l’Autorité palestinienne, et visait à "provoquer et à engager des victimes palestiniennes comme moyen de reprendre l’initiative diplomatique".

l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) nie l’allégation selon laquelle l’Intifada était prévue. Il affirme cependant que "Camp David n’a représenté rien de moins qu’une tentative d’Israël d’étendre la force qu’il exerce sur le terrain aux négociations", et que "l’échec du sommet et les tentatives d’attribution de la responsabilité du côté palestinien" seulement ajouté à la tension sur le terrain ... "

Du point de vue de l’OLP, Israël a réagi aux troubles en faisant un usage excessif et illégal de la force meurtrière contre les manifestants; un comportement qui, selon l’OLP, reflète le mépris d’Israël pour la vie et la sécurité des Palestiniens. Pour les Palestiniens, les images largement vues du meurtre de Muhammad al Durra, âgé de 12 ans, à Gaza le 30 septembre, filmées alors qu’il se blottissait derrière son père, ont renforcé cette perception.

Du point de vue du gouvernement israélien, les manifestations ont été organisées et dirigées par les dirigeants palestiniens pour susciter la sympathie pour leur cause dans le monde entier en incitant les forces de sécurité israéliennes à tirer sur les manifestants, en particulier les jeunes. Pour les Israéliens, le lynchage de deux réservistes militaires, le sergent-chef Vadim Novesche et le Caporal-chef Yosef Avrahami, à Ramallah, le 12 octobre, a reflété une haine profonde des Palestiniens contre Israël et les Juifs.

Ce qui a commencé comme une série d’affrontements entre les manifestants palestiniens et les forces de sécurité israéliennes, qui ont entraîné les restrictions initiales du mouvement des personnes et des biens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza (fermetures), a évolué en une série d’actions violentes. et les réponses. Il y a eu des échanges de tirs entre zones bâties, des incidents de tirs isolés et des affrontements entre des colons israéliens et des Palestiniens. Il y a également eu des actes terroristes et des réactions israéliennes à ce sujet (que les pouvoirs publics israéliens ont qualifié de contre-terrorisme), y compris des meurtres, de nouvelles destructions de biens et des mesures économiques. Plus récemment, il y a eu des attaques au mortier sur des sites israéliens et des incursions terrestres de Tsahal dans des zones palestiniennes.

Du point de vue palestinien, la décision d’Israël de qualifier la crise actuelle de «conflit armé sans guerre» 11 est simplement un moyen «de justifier sa politique d’assassinat, sa politique de punition collective et son recours à la force meurtrière ». Selon la perspective israélienne, «les dirigeants palestiniens ont incité, orchestré et dirigé la violence et utilisé et continuent d’utiliser la terreur et l’attrition comme outils stratégiques».

Dans leurs observations, les parties ont échangé des allégations sur la motivation et le degré de contrôle exercé par l’autre. Cependant, nous n’avons reçu aucune preuve convaincante

Les racines de la violence actuelle s’étendent beaucoup plus loin qu’une conférence au sommet peu concluante. Les deux parties ont manifesté une profonde désillusion quant au comportement de l’autre en ne répondant pas aux attentes découlant du processus de paix lancé à Madrid en 1991 puis à Oslo en 1993.

Chaque partie a accusé l’autre de violer des engagements spécifiques et de saper le l’esprit de leur engagement à résoudre pacifiquement leurs différends politiques.


Attentes divergentes: Nous sommes frappés par les attentes divergentes exprimées par les parties concernant la mise en œuvre du processus d’Oslo. Les résultats obtenus grâce à ce processus étaient impensables il y a moins de 10 ans. Au cours du dernier cycle de négociations, les parties étaient plus proches d’un règlement permanent que jamais auparavant.

Néanmoins, les Palestiniens comme les Israéliens nous ont dit que le prémisse sur laquelle est basé le processus d’Oslo - que l’on s’attaque à la dure question du «statut permanent» jusqu’à la fin du processus - a subi de sérieuses pressions.

Le processus par étapes convenu par les parties reposait sur l’hypothèse que chaque étape du processus de négociation renforcerait la confiance. Pour atteindre cet objectif, chaque partie devrait mettre en œuvre les engagements convenus et s’abstenir de prendre des mesures qui seraient perçues par l’autre comme des tentatives d’abuser du processus afin de prédéterminer la forme du résultat final. Si cette exigence n’est pas satisfaite, la feuille de route d’Oslo ne peut aboutir à la destination convenue.

Aujourd’hui, chaque camp accuse l’autre d’avoir ignoré cet aspect fondamental, entraînant une crise de confiance. Ce problème est devenu encore plus pressant avec l’ouverture de pourparlers sur le statut permanent.

Les pouvoirs publics israéliens ont privilégié le passage à un accord sur le statut permanent dans une atmosphère non-violente, conformément aux engagements contenus dans les accords entre les parties. "Même si cela a été plus lent que prévu initialement, depuis le début du processus de paix à Madrid en 1991, des progrès constants ont été accomplis vers un accord sur le statut permanent sans recourir à la violence qui a caractérisé les dernières semaines." Le «but» est l’accord sur le statut permanent, dont les termes doivent être négociés par les parties.

l’opinion de l’OLP est que les retards dans le processus ont été le résultat d’une tentative israélienne de prolonger et de solidifier l’occupation. Les Palestiniens « pensaient que le processus d’Oslo mettrait fin à l’occupation israélienne dans cinq ans », le délai fixé pour la période de transition spécifiée dans la Déclaration de principes.

Selon l’OLP, les retards israéliens se sont multipliés avec le sommet de Camp David, où “Israël a proposé d’annexer environ 11,2% de la Cisjordanie (à l’exclusion de Jérusalem) ...” et a présenté des propositions inacceptables concernant Jérusalem, la sécurité et les réfugiés. En résumé, les propositions d’Israël à Camp David prévoyaient l’annexion par Israël des meilleures terres palestiniennes, la perpétuation du contrôle israélien sur Jérusalem-Est, une présence militaire israélienne continue sur le territoire palestinien, le contrôle israélien des ressources naturelles, de l’espace aérien et des frontières palestiniennes. retour de moins de 1% des réfugiés dans leurs foyers. "

Les deux parties voient le non-respect total des accords conclus depuis l’ouverture du processus de paix comme preuve d’un manque de bonne foi. Cette conclusion a conduit à une érosion de la confiance avant même le début des négociations sur le statut permanent.


Perspectives divergentes: Au cours des sept derniers mois, ces points de vue se sont durcis en réalités divergentes. Chaque camp considère l’autre comme ayant agi de mauvaise foi; comme ayant noyé l’optimisme d’Oslo dans la souffrance et le chagrin des victimes et de leurs proches.

Dans leurs déclarations et leurs actions, chaque partie démontre une perspective qui ne reconnaît aucune vérité dans la perspective de l’autre.

 

La perspective palestinienne: Pour la partie palestinienne, "Madrid" et "Oslo" annonçaient la perspective d’un État et garantissaient la fin de l’occupation et la résolution des questions en suspens dans un délai convenu. Les Palestiniens sont sincèrement fâchés de la croissance continue des colonies et de leurs expériences quotidiennes d’humiliation et de perturbation résultant de la présence d’Israël dans les territoires palestiniens. Les Palestiniens considèrent les colons et les colonies parmi eux non seulement comme violant l’esprit du processus d’Oslo, mais aussi comme une application de la force sous la forme de la supériorité militaire écrasante d’Israël, qui soutient et protège les colonies.

l’accord intérimaire prévoit que "les deux parties considèrent la Cisjordanie et Gaza comme une unité territoriale unique, dont l’intégrité et le statut seront préservés pendant la période intérimaire". Conjuguée à cela, l’interdiction de prendre des mesures qui pourraient nuire aux négociations sur le statut permanent est contraire à l’Accord intérimaire qui empêche Israël de poursuivre sa politique de colonisation expansionniste illégale.

Outre l’Accord intérimaire, le droit international coutumier, y compris la quatrième Convention de Genève, interdit à Israël (en tant que puissance occupante) d’établir des colonies de peuplement dans le territoire occupé en attendant la fin du conflit.

l’OLP allègue que les dirigeants politiques israéliens "n’ont pas caché que l’interprétation israélienne d’Oslo visait à séparer les Palestiniens dans des enclaves non contiguës, entourés de frontières contrôlées par l’armée israélienne, avec des colonies et des routes de colonisation violant les territoires" Selon l’OLP, "Au cours des sept années écoulées depuis la [Déclaration de principes], la population de colons en Cisjordanie, à l’exclusion de Jérusalem-Est et de la bande de Gaza, a doublé pour atteindre 200 000 et la population des colons à Jérusalem-Est. a augmenté à 170 000. Israël a construit environ 30 nouvelles colonies et a agrandi un certain nombre de colonies existantes pour abriter ces nouveaux colons. "

l’OLP affirme également que les pouvoirs publics israéliens n’ont pas respecté d’autres engagements tels que le retrait de la Cisjordanie et la libération de prisonniers palestiniens. En outre, les Palestiniens ont exprimé leur frustration face à l’impasse sur les réfugiés et à la détérioration de la situation économique en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

La perspective israélienne: Du point de vue des pouvoirs publics israéliens, l’expansion des activités de peuplement et la prise de mesures visant à faciliter la commodité et la sécurité des colons ne préjugent pas du résultat des négociations sur le statut permanent.

Israël comprend que la partie palestinienne s’oppose aux colonies de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Sans préjudice du statut officiel des colonies de peuplement, Israël accepte que les colonies soient une question en suspens sur laquelle il faudra s’entendre dans le cadre de toute résolution de statut permanent entre les parties. Ce point a été reconnu et accepté dans la Déclaration de principes du 13 septembre 1993 ainsi que dans d’autres accords entre les deux parties.

En fait, il y a eu beaucoup de discussions sur la question des règlements entre les deux parties dans les diverses négociations en vue d’un accord sur le statut permanent.
En effet, les Israéliens soulignent que lors du sommet de Camp David et lors de discussions ultérieures, les pouvoirs publics israéliens ont offert de faire des concessions significatives en ce qui concerne les colonies dans le cadre d’un accord global.

Cependant, la sécurité est la principale préoccupation du gouvernement de l’Ontario. Les pouvoirs publics israéliens affirment que l’OLP a violé ses engagements solennels en continuant de recourir à la violence pour atteindre des objectifs politiques. "La principale préoccupation d’Israël dans le processus de paix a été la sécurité, une question d’une importance primordiale ... La sécurité n’est pas quelque chose qu’Israël va négocier ou compromettre." l’échec de la partie palestinienne à respecter la lettre et l’esprit des dispositions de sécurité dans les différents accords a longtemps été une source de perturbation en Israël. "

Selon le gouvernement israélien, l’échec palestinien prend plusieurs formes: incitation anti-israélienne institutionnalisée, anti-juive; la libération de la détention de terroristes; l’incapacité de contrôler les armes illégales; et la conduite effective d’opérations violentes, allant de l’insertion de tireurs armés dans des manifestations à des attaques terroristes contre des civils israéliens. Les pouvoirs publics israéliens affirment que l’OLP a violé de manière explicite sa renonciation au terrorisme et à d’autres actes de violence, érodant ainsi de manière significative la confiance entre les parties. Les pouvoirs publics israéliens perçoivent "un fil, implicite mais néanmoins clair, qui se dégage des propositions palestiniennes: la violence palestinienne contre Israël et les Israéliens est en quelque sorte explicable, compréhensible, légitime" . »

Comments powered by CComment