Le Dôme de fer a un taux de réussite d'environ 90 % dans l'interception des roquettes. Alors, combien de roquettes ont été tirées, à quelle vitesse, et combien ont été interceptées ?

Par SETH J. FRANTZMAN 17 MAI, 2021 22:01

Jérusalem Post en Anglais


Les médias iraniens se sont vantés du fait qu'Israël est confronté à un nombre record de tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il s'agit d'un message au Hezbollah selon lequel, dans une future guerre, un grand nombre de roquettes tirées sur Israël pourrait faire pencher le conflit en faveur de l'Iran. C'est également le discours du Hamas. Mais est-ce vrai ? Combien de roquettes ont été tirées et à quelle vitesse ?

Ce que nous savons repose sur les déclarations des FDI concernant le nombre de roquettes tirées. Le premier jour du conflit, le 10 mai, 150 roquettes ont été tirées depuis Gaza et des dizaines ont été interceptées par le système de défense Iron Dome. Certaines roquettes n'ont pas atteint Gaza et d'autres sont tombées dans des zones ouvertes, de sorte qu'elles n'ont pas toutes dû être interceptées.

Le système a un taux de réussite d'environ 90 % dans l'interception des roquettes. Jusqu'à lundi dernier, il avait intercepté 2 500 roquettes en dix ans, depuis qu'il a été déclaré opérationnel en 2011. Ce chiffre est important si l'on considère qu'il a dû intercepter quelque 1 200 roquettes tirées depuis Gaza au cours de la semaine écoulée. Le niveau des tirs de roquettes du Hamas, la précision et la vitesse des roquettes ont clairement conduit le système à devoir en intercepter un grand nombre, plus que dans de nombreuses années auparavant.

En mai 2019, les experts ont estimé l'arsenal du Hamas et du Jihad islamique palestinien à environ 5 000 à 20 000 roquettes. En novembre 2018, pendant plusieurs jours de combats, on estime que quelque 400 roquettes ont été tirées sur Israël. En mai 2019, une nouvelle flambée de combats a conduit à 700 roquettes tirées sur Israël. On sait qu'en 2019, un total de 1 500 roquettes a été tiré depuis Gaza et que de 2017 à 2019, un total de 2 600 roquettes a été tiré.

En 2014, Israël a déclaré que "lorsque le Hamas et d'autres organisations terroristes ont tiré plus de 60 roquettes sur Israël depuis la bande de Gaza le 7 juillet, le gouvernement d'Israël n'a eu d'autre choix que de lancer une campagne aérienne, appelée opération "Bordure protectrice"." Au cours de ce conflit, "le Hamas et d'autres organisations terroristes ont lancé plus de 4 500 roquettes et mortiers."

Cela s'est passé du 6 juillet au 26 août. Avant cela, les roquettes de guerre n'avaient pas atteint une telle distance et le volume des tirs était moindre. Il y a vingt ans, les roquettes du Hamas ne pouvaient atteindre que quelques kilomètres, mais aujourd'hui elles atteignent 250 km.

Mardi à 19 heures, 480 roquettes avaient été tirées sur Israël. Soit 480 en 24 heures. Le Dôme de fer en avait intercepté environ 200. Nous savons qu'au 12 mai 2021, quelque 800 roquettes avaient été tirées sur Israël. Jeudi, juste après minuit, Israël a déclaré : "à l'heure actuelle, environ 1 500 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza en direction du territoire israélien, dont environ 350 tirs ont échoué dans la bande de Gaza. Le système de défense aérienne Iron Dome a intercepté des centaines de roquettes".

À 19 heures, ce nombre était passé à 1 750 roquettes. Vendredi, 24 heures plus tard, 2 000 roquettes avaient été tirées et 1 000 interceptées. Samedi à 7 heures du matin, 12 heures plus tard, un total de 2 300 roquettes avaient été tirées. À 19 heures, le dimanche 16 mai, un total de 3 100 roquettes avaient été tirées, dont 450 étaient tombées à Gaza ou avaient échoué et 1 210 avaient été interceptées.

Ce sont les chiffres que nous connaissons.

Ce que cela nous dit, c'est que 480 roquettes ont été tirées au cours des 24 premières heures.

Ce nombre avait beaucoup augmenté mercredi soir, lorsqu'il apparaît que près de 1 000 roquettes ont été tirées en 24 heures. Le jour suivant n'a pas vu autant de tirs - plusieurs centaines, semble-t-il. Il en a été de même pour les 24 heures qui se sont terminées le vendredi à 19 heures, et ce volume s'est poursuivi jusqu'au samedi matin.
Puis vint une période de 36 heures, du samedi matin au dimanche après-midi, au cours de laquelle 800 roquettes ont été tirées. Cela semble être une nouvelle augmentation. Quoi qu'il en soit, ce que nous savons, c'est qu'une semaine de tirs de roquettes a vu environ 400 à 500 tirs par jour. C'est similaire au volume de feu observé lors des flambées de 2018 et 2019, mais le rythme des tirs au cours de la semaine écoulée semble avoir inclus des barrages de 130 roquettes en quelques minutes.
Cette tentative de couvrir les villes de roquettes semble être une nouvelle stratégie et c'est ce que disent les médias iraniens lorsqu'ils affirment que le nombre de roquettes tirées est plus important que par le passé. Il est clair que le Hamas a modifié certaines de ses tactiques et tiré les leçons des conflits passés. Il a également systématiquement utilisé des roquettes de plus longue portée visant Ashkelon, ce qui constitue un changement par rapport au passé.