Ramat Eshkol est un quartier situé au nord de Jérusalem. Il a été construit sur un terrain pris aux Jordaniens suite à la guerre des six jours. C'est le premier quartier construit en 1967. A l'époque l'endroit était tapissé de mines israéliennes et jordaniennes. Le nom du quartier est un homme au troisième premier ministre d'Israël Levy Eshkol (1963 - 1969

Le 21 août, Sufian Jabarin, une kamikaze issue des brigades Ezzedine al-Kassam, la branche armée du Hamas, fait exploser une bombe dans un autobus à Ramat Eshkol: cinq passagers sont tués, dont un Américain, et 89 blessés.

Les victimes sont des policiers et des étudiants. l’attentat est revendiqué par le Hamas. Il a été préparé par Yehia Ayyash.

Le Hamas déclare que l'attentat est le deuxième d'une série commencée à Tel-Aviv (24 juillet) et visant à opérer « une campagne militaire sytématique ». La campagne vise le « suspect n°1 », Ytzhak Rabin et selon doit durer jusqu'aux élections israéliennes prévues en novembre 1996.

Il ajoute que « le gouvernement israélien paiera le prix de la guerre totale contre l'Islam et les musulmans… et que « ce n'est pas une pas une coïncidence" que l'attaque se soit produite à l'anniversaire de "l'incendie criminel de la mosquée Al Aksa perpétré par le gang de sionistes ».1

Le Premier ministre Rabin a reconnu qu'il était "très difficile d'empêcher complètement un fou qui est prêt à mourir de se suicider et de blesser des Israéliens". Mais il a insisté pour que les négociations avec les Palestiniens se poursuivent.

"C'est un jour difficile", a déclaré M. Rabin, “mais nous sommes déterminés à lutter contre le terrorisme du Hamas et du Jihad islamique et à continuer de construire la paix avec les Palestiniens qui souhaitent la paix avec nous”. 2

Arafat condamne l'attaque et déclare :

« Je condamne complètement l'attaque. Nous ne pouvons accepter cette activité terroriste"

Des manifestations éclatent en Israël après l'attentat, réclamant l'arrêt des négociations en cours.

à peine les morts et les blessés ont-ils été emmenés que plusieurs centaines de manifestants sont devenus de plus en plus bruyants et parfois violents. Leur objectif était les négociations en cours sur l'autonomie dans les territoires arabes occupés, qui suscitent une résistance de plus en plus désespérée des colons et des conservateurs israéliens.

(..) Les manifestants les plus militants, membres de la Ligue de défense juive, ont crié "Mort à Rabin" et "Mort aux Arabes" et se sont mêlés à plusieurs reprises à la police.
La foule a moqué M. Shahal, le ministre de la Police et, plus tard, le président Ezer Weizman, noyant ses tentatives pour rétablir le calme.

"J'ai ressenti la frustration des gens, et c'est précisément pourquoi je suis allé sur le site de l'attaque", a déclaré M. Weizman plus tard. "Je n'ai pas demandé la suspension des pourparlers, mais il est très difficile de continuer comme ça."

Après les attentats à la bombe, M. Weizman a irrité le gouvernement en préconisant une suspension et un réexamen du processus de paix. 3

Benyamin Netanyahu, du Likoud déclare dans une interview que :

“ 170 Israéliens avaient été tués depuis que le gouvernement dirigé par le parti travailliste a accepté de négocier avec M. Arafat en 1993. et son organisation de libération de la Palestine. Les groupes extrémistes radicaux opèrent librement à Gaza et personne ne peut les arrêter. Nous devons tirer la conclusion inévitable et arrêter le processus de paix. 

 


1 Il s'agit de l'incendie criminel en 1969 (25 ans avant!) de la mosquée al-Aqsa perpétré par un chrétien fondamentaliste australien illuminé qui a été jugé pour cela

3 Ibid

 

***

 

Comments powered by CComment